Radio One Logo
  • L’Association des hôteliers et restaurateurs de l’Ile Maurice pour une réflexion nationale sur l’avenir de l’industrie du tourisme

    Économie

    L’Association des hôteliers et restaurateurs de l’Ile Maurice pour une réflexion nationale sur l’avenir de l’industrie du tourisme

    06 nov. 2020 17:03

    34 vues

    Il faut une réflexion nationale pour dégager un plan d’action solide et durable pour faire face à nos concurrents directs. Tel est le principal objectif de Jean-Michel Pitot, qui a été reconduit à la présidence de L’Association des hôteliers et restaurateurs de l’Ile Maurice, hier.

    Dans son allocution lors de l’assemblée générale* de l’association, hier, Jean-Michel Pitot est revenu sur les difficultés auxquelles fait face actuellement l’industrie du tourisme. 

    Si le Covid-19 Wage Assistance Scheme a permis la stabilité de l’industrie, il faut entamer une profonde réflexion sur un plan de relance, a plaidé Jean-Michel Pitot.

    Il faut revoir le positionnement de Maurice par rapport à ses principaux concurrents. D’où la nécessité d’un plan pour mieux investir dans la relance de cette industrie, souligne Jean Michel Pitot.

    « Il faut vraiment réfléchir à la recette qui marchera pour attirer les touristes à Maurice. Il faut savoir mettre en évidence les qualités que nous pensons qu’a Maurice vs ses concurrents immédiats ; les Seychelles, Maldives et les Caraïbes. Cet exercice doit être fait en ce moment et nous espérons qu’en début d’année nous verrons plus clair pour pouvoir investir dans la relance du tourisme. »

    Le président de l’AHRIM a aussi formulé une demande pour une législation industrielle plus souple pour une meilleure gestion de la main-d’œuvre hôtelière sans mettre en péril le tissu social. 

    « Aujourd’hui, les lois nous obligent à employer des gens à plein temps et nous savons bien qu’en juin et juillet il n’y avait pas vraiment de touristes donc nous avons des employés en plus. Je suis sûr que nous aurons des Mauriciens qui voudront travailler à mi-temps sans mettre en péril la classe sociale. »

    L’industrie du tourisme ne pourra sortir seul de cette crise sans l’aide de l’Etat,  ajoute Jean-Michel Pitot.

    « L’industrie du tourisme ne décollera pas seule. Nous avons 113 hôtels, entre 25 000 et 30 000 employés et afin de décoller l’industrie, il faut avoir le support du privé et de l’Etat. »

    Le Premier ministre adjoint, Steven Obeegadoo, qui est aussi ministre du Tourisme, a lui mis donc l’accent sur le partenariat entre le secteur privé et le secteur public pour soutenir le tourisme.  Il a  aussi confirmé que l’ouverture des frontières et de l'espace aérien, n’est pas pour de sitôt.

Laissez-nous vos commentaires

A lire aussi

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT