Radio One Logo
  • Le manque de courtoisie et l’incivisme deviennent un fléau

    Environnement

    Le manque de courtoisie et l’incivisme deviennent un fléau

    29 déc. 2019 12:30

    333 vues

    Qui dit fête de fin d’année dit aussi l’occasion de grands ménages doublant ainsi le volume de déchets récoltés en temps normal. Toutefois, certains se plaisent à jeter où bon leur semble leurs ordures, relevant ainsi d’un manque de civilité. Il suffit de faire un constat des rues de la capitale au lendemain des late night shoping.

    Dans son message de Noël à la population, le président de la République l’a, lui-même, dit : « la société perd ses valeurs ».

    Suresh, éboueur de profession, en sait quelque chose.

    «Tous les jours nous ramassons des déchets dans la rue, quand nous revenons le lendemain, c’est toujours pire que la veille. Les personnes qui jettent leurs déchets dans la rue manquent d’éducation.»

    En cette période de rassemblements festifs et d’échanges de souhaits, l’éboueur a un message à la population.

    «Je ne sais pas si ces gens se rendent compte que ceux qui ramassent leurs saletés sont humains. Nous nettoyons tous les jours pour eux et voilà comment ils nous remercient.»

    Si les bonnes manières s’inculquent dès le plus jeune âge chez soi, il en va également de la responsabilité des enseignants. Soondress Sawminaden, président de l’Association des recteurs des collèges d’Etat, est d’avis que le système est désuet et qu’il est temps de prendre des actions concrètes.

    «Les valeurs ne sont pas transmises comme il le faut au niveau de l’école. Il faut trouver une solution, par exemple, diminuer le nombre d’élèves par classe pour que les enseignants aient suffisamment de temps. Il faut également former les enseignants.»

    Auckbar est dans la restauration rapide. Il est très critique vis-à-vis de certains de ses confrères.    

    «Quand ils terminent leur journée, ils laissent leurs déchets sur place. Ils travaillent à cet endroit où les gens achètent à manger. Ce n’est pas propre.»

    Lorsque l’on évoque le manque de politesse, il ne faut surtout pas oublier la situation sur nos routes. L’analyse de Daniel Raymond, Road Safety Coordinator au ministère du transport en commun.

    «À Maurice, les conducteurs n’ont pas de référence, il n’y a pas de système qui soit clair pour tout le monde.»

    Il rassure cependant que la situation, du moins pour ce qui est du respect sur les routes, ira mieux avec la mise en place de plusieurs projets.

    Terminons par cette citation, si vous le voulez bien : « la courtoisie ne coûte rien, mais achète tout ».

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT