Radio One Logo
  • Rupture de promesse de mariage : Que dit la loi ?

    Faits Divers

    Rupture de promesse de mariage : Que dit la loi ?

    14 mars 2019 12:30

    20565 vues

    L’avocate Jenny Moteealoo explique que la partie lésée peut réclamer des dommages moraux mais aucun dommage n’est prévu en cas de suicide.

    Le cas récent de Diya Dookhit, 26 ans, qui s’est suicidée à la veille de ses fiançailles, car son promis a décidé de tout annuler et de la quitter, indigne de nombreux Mauriciens. Si certains parlent d’un manque d'humanité et de lâcheté, d’autres considèrent qu’il faut que justice soit rendue.

    Que dit la loi dans de telles circonstances ? L’avocate Jenny Moteealoo explique qu’au « niveau d’une rupture d’une promesse de mariage, il faut une action au civil pour réclamer les dépenses et dommages moraux par apport à la réputation qui a été ternie. Dans le cas d’un suicide, c’est aux parents d’agir. Il faudra à ce moment venir avec les preuves. Il est important de préciser qu’ils ne pourront pas réclamer des dommages pour le suicide. »

    Toutefois, elle précise que lorsque la rupture mène à un suicide, il sera difficile de parler de non assistance à personne en danger si la menace est faite à distance.

    « On ne peut pas vraiment dire qu’il y a non assistance en danger parce que très souvent il y a des menaces qui sont faites par l’une ou par l’autre personne pour dire qu’il va aller se suicider. Il faut que le danger soit imminent et que la personne n’ait pas offert d’assistance. Par exemple une personne qui veut se jeter d’un point alors que l’autre personne à ses coté décide de ne pas agir. Mais au téléphone c’est difficile de prouver une non-assistance à une personne en danger », explique l’avocate

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT