Radio One Logo
  • En Europe : 107 millions de Russes appelés aux urnes

    En Europe

    En Europe : 107 millions de Russes appelés aux urnes

    18 mars 2018 21:30

    25 vues

    Son sacre ne fait aucun doute. À 65 ans dont 18 ans passés à la tête du pays, Vladimir Poutine devrait être réélu haut la main dimanche 18 mars pour un quatrième mandat à la tête de la Russie. Plus de 107 millions d'électeurs sont appelés aux urnes à travers le plus grand pays du monde, où le vote a débuté dès samedi soir et dans la nuit en Sibérie et en Extrême-Orient, compte tenu du décalage horaire.

    "Vous souvenez-vous de l'état de désolation dans lequel le pays était après Eltsine ? Personne ne nous respectait. Et maintenant ?", a déclaré à l'AFP une électrice de Saint-Pétersbourg de 70 ans, après avoir voté pour Vladimir Poutine.

    "Il faut juste que ce ne soit pas pire qu'avant. [Vladimir Poutine] fait tout correctement en politique étrangère, mais en économie, tout va mal", explique une autre électrice. "Poutine n'a aucun programme. Rien ne change et plus ça va, pire c'est", affirme de son côté un électeur du candidat communiste Pavel Groudinine.

    Interrogé après avoir déposé son bulletin dans l'urne à Moscou, Vladimir Poutine a assuré qu'il se satisferait de n'importe quel score du moment qu'il lui "donne le droit d'exercer la fonction de président".

    Des fraudes dénoncées

    Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, exclu de la course après avoir été déclaré inéligible par la Commission électorale en raison d'une condamnation judiciaire pour détournement de fonds, a appelé au boycott de l'élection. Il a également dépêché plus de 33 000 observateurs dans les bureaux de vote. L'opposant a diffusé dès dimanche matin une vidéo qu'il a présentée comme montrant un bourrage d'urne dans un bureau de vote en Extrême-Orient. Ses partisans ont pour leur part dénoncé des entraves au travail des observateurs.

    L'historien et géographe spécialiste de la Russie Oleg Kobtzeff estime que cette élection sera marquée par "l'émergence d'une future opposition". "Évidemment, le grand absent, c'est Navalny [...]. Pour le remplacer, [se présente] Ksenia Sobtchak, fille de l’ancien maire de Saint-Pétersbourg et ancien mentor de Vladimir Poutine. Sera-t-elle vraiment celle qui pourra organiser une opposition libérale ? Parmi les opposants libéraux, on a beaucoup de doutes sur les intentions réelles de Ksenia Sobtchak, qui est une personnalité des médias beaucoup plus qu’une figure politique. On a des doutes sur sa légitimité. Beaucoup l’accusent de s’être entendue avec Vladimir Poutine pour faire figure de fausse opposante. Même si ce n’était pas vrai, il lui resterait à convaincre ceux qui suivent Alexei Navalny", juge Oleg Kobtzeff.

    Source : France24

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT