Radio One Logo
  • Au Liban, la démission du premier ministre ne suffit pas à éteindre la contestation

    Internationale

    Au Liban, la démission du premier ministre ne suffit pas à éteindre la contestation

    02 nov. 2019 20:00

    82 vues

    Au Liban rien ne semble pouvoir arrêter la déferlante de contestation inédite contre le pouvoir, accusé de corruption et d’impéritie. Deux jours après la démission du premier ministre, Saad Hariri, le président, Michel Aoun, a appelé, jeudi 31 octobre, à la formation d’un gouvernement composé de ministres choisis pour leurs « compétences ».

    Déclenché le 17 octobre, le mouvement, qui a pris de court les partis au pouvoir, a mobilisé des dizaines de milliers de Libanais dans plusieurs régions du pays et a entraîné mardi la démission du gouvernement.

    Dans un discours télévisé, M. Aoun a appelé à la formation d’un cabinet « compétent » et « productif », alors que le Liban traverse une grave crise économique, en partie à l’origine du soulèvement.

    « Les ministres devront être choisi(e)s en fonction de leurs compétences, non de leurs allégeances politiques (…) d’autant que le Liban se trouve à un tournant critique, notamment sur le plan économique, et a désespérément besoin d’un gouvernement harmonieux capable d’être productif », a déclaré M. Aoun.

    Le chef de l’Etat, qui s’exprimait à l’occasion du 3e anniversaire de son accession à la présidence, s’est engagé à « poursuivre la lutte contre la corruption » et à œuvrer en faveur de la formation d’un cabinet capable de répondre aux « aspirations des Libanais (…) et de réaliser ce que le gouvernement précédent a failli » à faire.

    Des milliers de manifestants de nouveau réunis

    A peine le discours terminé, les manifestants massés au centre de Beyrouth ont scandé « Tous veut dire tous ! », un slogan-phare de la contestation exprimant le souhait des manifestants de voir partir tous les dirigeants au pouvoir, sans exception.

    « Dégage, dégage, tu as affamé tout le monde ! » et « Le peuple veut la chute du régime ! » ont également crié les manifestants qui suivaient le discours en direct, retransmis sur un écran géant.

    Certaines écoles et universités sont restées fermées jeudi, et des milliers de manifestants se sont de nouveau réunis en début de soirée à travers le pays.

    Plus tôt dans la journée, les tractations pour la formation d’un nouveau gouvernement semblaient au point mort, alors que les appels en faveur d’un cabinet de technocrates et d’élections législatives anticipées se multiplient.

    « Il n’est pas question de baisser les bras », a lancé Tarek Badoun, 38 ans, posté sur la voie express qui traverse Beyrouth.

    Les manifestants qualifient unanimement la classe dirigeante de corrompue dans un pays au bord de la faillite économique et toujours en proie à des pénuries chroniques d’eau et d’électricité trente ans après la fin de la guerre civile (1975-1990).

    Les blocages ont repris

    La démission de M. Hariri avait été suivie par la levée de la quasi-totalité des barricades érigées par les contestataires sur les axes routiers, laissant penser à un tassement du mouvement.

    Mais blocages et rassemblements ont repris, en particulier à Tripoli, la grande ville du nord devenue un des fers de lance de la contestation.

    La presse libanaise spécule sur les scénarios possibles d’une sortie de crise : M. Hariri serait prêt à reprendre la tête d’un gouvernement à condition qu’il soit composé de technocrates ou de personnalités incontestables.

    Le puissant Hezbollah, pro-iranien, allié du président, s’était clairement prononcé contre une chute du gouvernement dans lequel son influence était prépondérante et serait opposé à un cabinet de technocrates.

    Le Liban, petit pays multicommunautaire, est régi par un système politique complexe garantissant des équilibres confessionnels fragiles. Il est gouverné depuis des décennies par les mêmes partis et familles politiques, qui représentent souvent leur communauté religieuse.

    Ce régime de gouvernance, basé sur le consensus, a prêté le flanc à de nombreux échecs sur le front des réformes et à d’interminables tractations pour la formation des gouvernements. Il avait ainsi fallu plus de huit mois pour mettre sur pied le précédent gouvernement.

    Or, souligne la politologue Amal Saad-Ghorayeb, le Liban ne peut plus s’offrir un tel luxe. Il faut, dit-elle, « un gouvernement capable de stabiliser rapidement une situation économique devenue hors de contrôle et qui puisse faire passer des réformes urgentes » pour tenter de calmer la rue.

    La France, ancienne puissance mandataire (1920-1943) encore influente au Liban, s’est à nouveau inquiétée de la situation, le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, jugeant « essentiel (…) que soit rapidement formé un gouvernement qui soit en mesure de conduire les réformes dont le pays a besoin ».

     

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Du Côté De Chez Vous

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT