Radio One Logo
  • Découverte : Des os mystérieusement décorés sur une femme enterrée il y a 4000 ans

    Découverte

    Découverte : Des os mystérieusement décorés sur une femme enterrée il y a 4000 ans

    19 août 2018 23:00

    786 vues

    Morte il y a près de 4500 ans, cette jeune femme interpelle les archéologues polonais et ukrainiens qui l'ont découverte. Les os de ses avants bras (cubitus) ont été décorés. Une décoration qui, selon la chercheuse qui l'a sortie de terre, Danuta Żurkiewicz de l'institut d'Archéologie de Poznan (Pologne), ne peut être effectuée que volontairement et post-mortem. Ses contemporains ont attendu que sa chaire se détache, pour appliquer une matière qui ressemble à du goudron sur les os, avant de les replacer, à leur place, dans le squelette. Les chercheurs n'ont pas encore publié leur découverte dans une revue scientifique.

    Le squelette a été mis au jour dans la région du Dniestr en Ukraine. Il y a 4500 ans, cette région de steppes était peuplée de populations nomades. Des nomades dont on ne sait pas grand-chose. Mais ils ont laissé derrière eux, des milliers de tumulus (des terres élevées au-dessus de tombes), connus sous le nom de kurgans. L'écriture n'étant pas inventée, seul les restes archéologiques peuvent nous renseigner sur leurs us et coutumes. Ces tumulus abritaient normalement plusieurs individus. Les corps y étaient placés dans une position précise, les jambes rapprochées près du corps. Plusieurs squelettes ont été mis au jour par l'équipe polono-ukrainienne, l'un d'eux semble accompagné d'un fœtus, ou d'un bébé tout juste mis au monde.

    Les os décorés appartenaient à une jeune femme âgée entre 25 et 30 ans. C'est la première fois que l'équipe tombait sur un tel cas. Ils ont d'abord cru à des traces laissées par un animal ou bien à des séquelles laissées par des tatouages. Mais l'analyse chimique du squelette ne leur a laissé aucun doute, les traces ont été laissées par des hommes avec une matière proche du goudron. Il ne peut pas s'agir de trace laissée par des tatouages. Bien trop incrustées, les marques ont dû être faites bien après la mort, dans un but bien précis.

    Les esclaves suivaient leur maître dans l'au-delà

     «On a connaissance d'au moins deux traces similaires,» explique Christian Jeunesse, professeur de préhistoire à l'Institut universitaire de France à Strasbourg. «Une au Moyen-Orient bien plus antérieure, il y a près de 10.000 ans. Et une en Espagne, à la fin du 3eme millénaire, dans une période un peu plus proche.» Il est impossible de connaître avec certitude leurs significations mais il y a plusieurs hypothèses. «Les traces sur les os pouvaient marquer le statut social,» avance le chercheur français. «D'autant que selon les croyances de l'époque le statut social suivait l'individu après sa mort.» Les individus conservaient non seulement leur rang social dans l'au-delà mais aussi leurs propriétés. «Il est donc envisageable que cette jeune femme était en fait une esclave.» ajoute Christian Jeunesse. «Son propriétaire l'aurait marquée post mortem pour être sûr de la retrouver après son décès.»

    Plusieurs sites archéologiques témoignent de déplacement des corps longtemps après la mort des individus. Les corps pouvaient donc être gardés longtemps à la surface, ce qui explique le marquage directement sur l'os. «Encore aujourd'hui, on retrouve ces pratiques chez certaines populations,» raconte Christian Jeunesse. «Par exemple, j'ai vu en Papouasie un corps gardé 25 ans en surface. Il avait été emmailloté dans des tissus traditionnels pour éviter les odeurs.» Sous le tissu, après une si longue période la peau a dû se détacher des os, même si Christian Jeunesse confesse ne pas être allé vérifier. «C'est probable dans ce cas que le tissu déteigne sur les os,» explique-t-il. «Les os prendraient alors la coloration, c'est une autre explication possible pour ce genre de marquage.»

    Source : lefigaro.fr

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT