Radio One Logo
  • Deux espèces d'oiseaux menacées peut-être bientôt chassées

    Internationale

    Deux espèces d'oiseaux menacées peut-être bientôt chassées

    23 juil. 2019 23:00

    60 vues

    Les citoyens peuvent répondre à la consultation lancée par le ministère de la Transition écologique et solidaire, afin de se déclarer en faveur ou non de la possibilité de chasser ces espèces. Les associations de défense des oiseaux montent au créneau.

    La possible autorisation de la chasse pour deux espèces considérées comme menacées et vulnérables par l’Union internationale pour la conservation de la nature indigne les associations de protection des animaux. Trois projets d’arrêtés ont été proposés par le gouvernement concernant la tourterelle des bois (inscrite en 2015 comme vulnérable sur la liste à cause d’une population ayant diminué de 78% entre 1980 et 2015 en Europe), le courlis cendré (considéré comme presque menacé et dont la chasse a été interdite en France de 2008 à 2013 et de 2015 à 2018, excepté sur le domaine public maritime) et la barge à queue noire (espèce presque menacée).

    Dans le cadre de la gestion adaptative des espèces (c’est-à-dire la mise en place de quotas de prélèvements afin d’assurer la conservation des populations d’animaux sauvages), le Comité d’experts de la gestion adaptative (Cega) s’est saisi de la question et a émis des recommandations. Pour les tourterelles des bois, le Cega préconisait un moratoire ou un quota de 18 300 cas au maximum pour la saison de chasse de 2019-2020. Il recommandait également le prélèvement de 210 barges à queue noire et, malgré un manque d'informations, proposait un moratoire pour le courlis cendré.

    Des quotas plus élevés

    Mais malgré ces recommandations, le gouvernement a proposé, pour la saison de chasse 2019-2020, des arrêtés prévoyant le prélèvement de 30 000 tourterelles des bois sur le territoire français et de 6 000 courlis cendrés, avec l’ouverture de la chasse sur tout le territoire. Seules les barges à queue noire seraient concernées par un moratoire pour l’année 2019-2020.

    Ces projets d’arrêtés, actuellement en consultation publique, sont dénoncés par les associations de protection des animaux, et notamment Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) : «Le gouvernement s’engage dans un double langage scandaleux, laissant croire qu’il tient la biodiversité comme une priorité alors qu’en fait il la piétine. La preuve, ce sont ces cadeaux sur des espèces en danger.» Ce que reprochent les associations dans ce cas précis, ce n’est pas la chasse en soi, mais celle d’espèces menacées. «Le candidat Macron s’était engagé à retirer les espèces en mauvais état de conservation des listes chassables. Non seulement il ne les retire pas, mais il agrandit les quotas.»

    Pourtant, pour la Fédération nationale des chasseurs (FNC), qui se dit engagée dans le processus de gestion adaptative depuis le début, l’interdiction générale de la chasse pour ces espèces ne garantirait pas une meilleure conservation. D’après son directeur général, Nicolas Rivet, c’est même la FNC qui a demandé une gestion adaptative pour les tourterelles des bois : «Il faut prendre en compte l’intégralité de la voie de migration. Souvent, les mauvais résultats de conservation ne viennent pas de la chasse mais de la disparition des habitats et de l’agriculture intensive.»

    Consultation en ligne

    Désormais, ce sont aux citoyens de se prononcer en ligne sur ces projets d’arrêtés. Les ONG de protection de la biodiversité ont mobilisé leurs réseaux pour contrer l’acceptation de ces textes, même si pour le directeur de la LPO, ces consultations sont de la «poudre aux yeux», rappelant que «l’année dernière, une consultation concernant l’utilisation de la glu dans la chasse aux merles et aux grives avait eu lieu et plus de 90% des citoyens qui avaient répondu y étaient opposés. Mais les arrêtés ont quand même été signés».

    Même positionnement pour les chasseurs, qui trouvent ce processus «inutile», parlant même «de défouloir pour les anti-chasse et pour les pro-chasse. Les arrêtés ont été étudiés et approuvés par des personnes qualifiées et de tous les courants. Pas besoin de remobiliser tous les citoyens». Avant le lancement de la consultation, les arrêtés ont en effet été discutés et approuvés par le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, rassemblant des représentants du monde de la chasse, de l’agriculture, des associations animales et des membres du gouvernement.

    S’il n’est pas sûr que les arrêtés soient acceptés par les citoyens, les associations se préparent au pire et prévoient de faire un recours au niveau européen afin de lutter contre la chasse de ces espèces vulnérables et menacées. En espérant qu’un recours européen sera plus efficace qu’un recours national. Les consultations durent jusqu’au 25 juillet et les résultats devraient être donnés dans les jours qui suivent.

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT