Radio One Logo
  • En chute libre aux États-Unis, le baril de pétrole est passé sous la barre de zéro dollar

    Internationale

    En chute libre aux États-Unis, le baril de pétrole est passé sous la barre de zéro dollar

    21 avril 2020 21:30

    342 vues

    C'est tout simplement du jamais vu dans l'histoire pourtant tumultueuse du marché du pétrole. Le prix du baril de brut texan, le WTI, référence du marché américain, s'est littéralement effondré lundi soir. Sa valeur s'est volatilisée, annihilée même. En début de soirée à Paris, il cotait moins de 1 dollar. Puis il a basculé en territoire inconnu, en-dessous de zéro! Le prix du baril a cependant rebondi ce mardi matin en Asie et revient légèrement au-dessus de zéro. Le baril de WTI pour livraison en mai s'échange en matinée à 1,10 dollar, contre un prix de clôture de -37,63 dollars lundi soir à New York.
    Cette incongruité est bel et bien une conséquence de la pandémie de Covid-19 et du «Grand confinement», comme le désigne le Fonds monétaire international (FMI).

    Une telle chute du WTI sur le marché américain ne signifie pas que le pétrole ne vaut absolument plus rien dans le monde entier. Le baril de Brent, produit en mer du Nord, la principale référence du marché mondial, a certes dévissé, mais d'«à peine» 6% et oscillait autour de 26 dollars.
    Un tel écart entre les deux grandes références pétrolières, Brent et WTI, est inédit. D'ordinaire, les deux valeurs oscillent plus ou moins en parallèle, avec, en fonction de particularités du marché américain, des divergences plus ou moins marquées. L'écart observé lundi est en fait, « artificiel », explique Francis Perrin, directeur de recherche à l'Iris. Car l'on compare aujour­d'hui le contrat à terme du Brent en juin et celui du WTI en mai. À échéance juin, les valeurs des deux contrats sont beaucoup plus proches: celle du WTI s'élevait lundi à la mi-journée à « près de 22 dollars, soit un écart de quatre dollars seulement avec le Brent », relativise l'expert.

    Il se trouve que le contrat sur le baril de WTI pour livraison en mai expirait ce mardi. Les traders qui détenaient ces contrats étaient tenus de trouver des acheteurs des volumes physiques correspondants, au plus vite. Problème, la demande mondiale - et américaine - s'est effondrée à cause du confinement généralisé et les stocks approchent de la saturation. Résultat, les détenteurs de WTI à échéance mai se sont mis à brader leurs prix pour trouver preneurs. Ils préfèrent même payer pour se débarrasser de ces volumes.
    L'échéance de ce contrat de brut texan tombe alors qu'un accord a été conclu à l'arraché le 12 avril entre producteurs dans le but de stopper la chute des cours. Celle-ci s'était amorcée fin janvier, dès le début de l'épidémie en Chine qui avait suscité des inquiétudes sur la consommation de carburant de la deuxième puissance mondiale. Fin mars, faute de s'entendre pour restreindre l'offre et peser sur les cours, l'Arabie saoudite et la Russie ont déclenché une guerre des prix. Riyad, qui bénéficie des coûts de production les plus bas du monde, a bradé ses prix, pour maintenir ses parts de marché, et surtout amener les autres grands producteurs à la table des négociations. Ce qui s'est produit. Or, malgré l'accord prévoyant une réduction de l'offre, surabondante, le prix de l'or noir a continué à lourdement chuter. Le baril de Brent avait perdu 16 % depuis ce compromis.

    Consommation anéantie

    C'est que l'offre de pétrole atteint toujours un niveau très élevé. L'accord de réduction de la production a été conclu par vingt-trois pays, les membres de l'Opep, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, emmenés par l'Arabie saoudite, et leurs alliés, notamment la Russie. Portant sur quelque 10 millions de barils par jour (Mbj), l'accord ne prendra effet que début mai. Ce volume représente environ 10% de la production mondiale, un effort considérable. Sauf qu'en face, la demande est toujours paralysée, bien en dessous de l'offre, et ne devrait se relever que très progressivement. Dans son rapport mensuel publié la semaine dernière, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) table sur une demande mondiale en avril inférieure de 29 Mbj par rapport à son niveau un an plus tôt. Là encore, c'est du jamais vu.

    Prix négatif au Canada

    Sur le marché pétrolier, on ne ferme pas le robinet de l'offre d'un seul coup. D'abord parce que chaque compagnie privée ou publique préfère voir le concurrent réduire sa production le premier et cherche à écouler ses barils pour générer des recettes, même très amoindries par l'effondrement des cours. Ensuite, sur le plan technique, redémarrer un puits coûte cher et les exploitants évitent autant que possible de les fermer.
    Conséquence, les capacités de stockages s'emplissent dangereusement. En particulier aux États-Unis, champion mondial de la production de pétrole. Très recherchées, ces capacités arrivent à saturation dans de nombreux sites, notamment à Cushing, en Oklahoma, le principal point de livraison aux États-Unis.
    En réalité, toutes les cuves ne sont pas encore utilisées, constate le dispositif d'observation par satellite très sophistiqué de la société Kayrros. « La spéculation joue », estime Antoine Rostand, son président. Des investisseurs bloquent l'accès à des réservoirs dans l'espoir de faire tomber à zéro le prix du brut, voire de le lancer en territoire négatif. Et de reconstituer ensuite des stocks au prix plancher.

    Chez le voisin canadien, quatrième producteur mondial de pétrole, des prix négatifs sont apparus avant les États-Unis. Des compagnies pétrolières en arrivent à payer les acheteurs pour se débarrasser de l'or noir dont elles ne savent que faire. Le Western Canadian Select s'échangeait lundi à - 0,15 dollar.
    La spéculation ne s'arrête pas là. « D'autres investisseurs se précipitent sur les capacités de stockage afin de miser sur la remontée des cours du pétrole », ajoute Francis Perrin.
    «Normalement, (une telle chute) devrait stimuler l'économie mondiale, commente John Kilduff, associé du fonds Again Capital, cité par Reuters. Cela doperait le PIB d'un bon 2% supplémentaire. Mais vous ne verrez pas un tel gain car personne n'achète de carburant».
    Les spéculateurs misent sur une remontée du baril. Laquelle interviendra, dans quelques semaines ou quelques mois, lorsque l'économie redémarrera. En attendant, pour tenter d'accélérer le rééquilibrage entre le trop-plein d'offre et la demande anémique, le ministre russe de l'Énergie a enjoint lundi aux compagnies pétrolières du pays de réduire leur production de 20 % par rapport à leur niveau de février. Moscou sera ainsi en phase avec les engagements pris le 12 avril avec ses alliés de l'Opep.
    Pour l'heure, la crise s'étend dans l'industrie pétrolière. L'effondrement du prix du baril depuis janvier compromet la rentabilité de nombreuses compagnies, notamment dans le pétrole de schiste en Amérique du Nord. Cela se traduit par des fermetures de puits et des coupes dans les investissements. Le mouvement se répercute sur l'ensemble du secteur : le géant américain des services parapétroliers Halliburton a annoncé lundi une perte de 1 milliard de dollars.
    Une certitude, la pandémie de coronavirus entraîne l'économie mondiale dans des territoires inexplorés. Les experts qui, il y a quinze ans à peine, annonçaient le «pic pétrolier», lequel désignait un niveau maximum d'offre contraint par l'épuisement des gisements et un prix du baril à 200 dollars voire davantage, ne pouvaient certes pas concevoir un prix négatif du baril.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT