Radio One Logo
  • Australie : La condamnation pour viol sur mineurs du cardinal Pell confirmée en appel

    Australie

    Australie : La condamnation pour viol sur mineurs du cardinal Pell confirmée en appel

    21 août 2019 20:00

    50 vues

    La Cour suprême de l’Etat australien de Victoria a rejeté mercredi 21 août l’appel du cardinal George Pell contre sa condamnation pour agressions sexuelles contre des enfants de chœur, et l’a maintenu en détention. « Il continuera à purger sa peine de six ans d’emprisonnement », a annoncé la juge Anne Ferguson en rejetant les treize appels interjetés par les défenseurs du prélat australien de 78 ans, ancien numéro trois du Vatican.

    Rassemblés devant le palais de justice de Melbourne, des groupes de militants et des victimes d’agressions sexuelles ont applaudi à l’annonce du verdict rendu par les trois juges d’appel après deux mois de délibéré.

    Plus haut représentant de l’Eglise catholique jamais condamné pour viol sur mineur, le cardinal Pell, qui clame son innocence, a été reconnu coupable en décembre de cinq chefs d’accusation, notamment d’avoir imposé une fellation en 1996 à un garçon de 13 ans et de s’être masturbé en se frottant contre l’autre.

    « Témoin convaincant »

    Les faits avaient eu lieu dans la sacristie de la cathédrale St Patrick de Melbourne, dont Mgr Pell était l’archevêque, où les deux victimes s’étaient cachées pour boire du vin de messe. Deux mois plus tard, M. Pell, alors archevêque de Melbourne, avait poussé l’un des adolescents contre un mur et lui avait empoigné les parties génitales.

    Ses avocats soutiennent que le verdict rendu en première instance ne repose que sur le témoignage d’une des deux victimes – l’autre étant morte en 2014 – et estiment qu’il est impossible que la décision des jurés ait été prise « au-delà de tout doute raisonnable ». La Cour d’appel de l’Etat de Victoria a cependant estimé mercredi que la condamnation était appropriée, deux des trois juges affirmant que la victime survivante « était un témoin convaincant, qui n’était clairement pas un menteur ni un mythomane et qu’il était un témoin de la vérité ».

    Aujourd’hui adulte – son identité ne peut être dévoilée pour des raisons juridiques –, il a déclaré que ces quatre années de combat judiciaire avaient été « angoissantes » et l’avaient plongé « dans des états, aux moments les plus sombres, qui [lui] ont fait craindre de ne pas pouvoir en revenir ». « Après avoir assisté aux funérailles de mon ami d’enfance (…), j’ai ressenti le devoir de témoigner », a-t-il ajouté dans un communiqué lu par son avocat. « Je ne suis pas un héraut de la cause des survivants d’agressions sexuelles », a-t-il aussi assuré. Lisa Flynn, avocate du père de la victime décédée, a, elle, déclaré que pour celui-ci « un poids avait été levé ». « Il estime que justice a été rendue aujourd’hui. Il est vraiment soulagé que George Pell soit derrière les barreaux ce soir », a ajouté l’avocate.

    « Le cardinal Pell est évidemment déçu par la décision d’aujourd’hui », a déclaré l’Eglise dans un communiqué, ajoutant que son équipe juridique examinait le jugement, disposant à présent de 28 jours pour décider d’un ultime recours.

    Visé par une autre procédure civile

    De son côté, le Vatican a pris acte de la décision de la justice australienne tout en rappelant que le cardinal disposait encore du droit de présenter un nouvel appel. « Alors que la procédure se poursuit, le Saint-Siège rappelle que le cardinal a toujours affirmé son innocence lors de la procédure judiciaire et qu’il dispose du droit de faire appel de la décision de la Haute Cour », indique son communiqué, qui précise : « En même temps, le Saint-Siège confirme avec l’Eglise d’Australie sa proximité avec les victimes d’agressions sexuelles et sa détermination à poursuivre, grâce aux autorités ecclésiastiques compétentes, les membres du clergé qui commettent de tels actes. »

    George Pell pourra prétendre à une libération conditionnelle après trois ans et huit mois de réclusion. Il sera alors âgé de 81 ans. Il peut encore faire appel de ce verdict devant la Haute Cour d’Australie, la plus haute juridiction du pays.

    Mais le prélat risque de nouveaux démêlés avec la justice après avoir été accusé dans une plainte portée au civil d’avoir couvert un prêtre dont il savait qu’il abusait d’enfants. La plainte a été déposée vendredi 7 juin, auprès de la Cour suprême de l’Etat de Victoria, par un homme qui affirme avoir été abusé par le frère Edward « Ted » Dowan lors de sa scolarité à Melbourne, au début des années 1980, a rapporté la presse locale.

    George Pell, qui était à l’époque évêque vicaire à l’éducation pour la région de Ballarat, est accusé d’avoir permis à l’ecclésiastique de passer d’une école à une autre alors qu’il était au courant de faits qui lui étaient reprochés.

    (Source lemonde.fr)

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Trace Urban Hits

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT