Radio One Logo
  • Vaches à hublot : la nouvelle vidéo choc de L214

    Vaches à hublot

    Vaches à hublot : la nouvelle vidéo choc de L214

    20 juin 2019 21:30

    1093 vues

    La dernière vidéo de L214 montre des vaches à l’estomac perforé. L’association de défense des animaux lance une pétition contre cette pratique.

    Le flanc de ces vaches est percé et équipé d’un hublot d’environ 20 cm fermé par un clapet de manière à avoir accès à leur appareil digestif. Des opérateurs y plongent le bras jusqu’au coude pour y déposer ou retirer des aliments et nettoient le pourtour de cette ouverture suintante au jet d’eau à haute pression. Mieux vaut avoir l’estomac bien accroché. Ce sont quelques-unes des scènes de la vidéo que publie L214. Ces images ont été tournées en caméra cachée dans le centre de recherches de la Sourches à Saint-Symphorien (Sarthe), où la marque d’alimentation animale Sanders teste ses produits.

    Parallèlement à la publication de ces images, l’association de défense des animaux a porté plainte ce mercredi contre Avril, l’entreprise qui gère le laboratoire. « Le Code rural prévoit que l’expérimentation animale n’est licite qu’en cas de stricte nécessité. Rendre des vaches laitières plus productives ne nous semble pas relevé de cette catégorie », explique l’avocate de L214 Hélène Thouy. Le délit d’expérimentation illicite est passible de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

    L’ONG lance également une pétition contre la « fistulation », le nom scientifique de cette pratique, comme toutes les expériences « visant à développer la performance et productivité des animaux ».

    «C’est considéré comme indolore pour l’animal»

    Les vaches à hublot permettent d’accéder au rumen, l’un des quatre estomacs de l’animal, pour étudier sa digestion. Ce procédé, inventé au XIXe siècle, est utilisé dans plusieurs centres de recherche en France et dans d’autres pays. « Il s’accompagne d’un suivi vétérinaire rigoureux et est considéré comme indolore pour l’animal », insiste Tom Doron, porte-parole du groupe Avril qui précise que la ferme de Sourches ne compte aujourd’hui que six vaches « fistulées ».

    Ouvrir ainsi la panse des bêtes a déjà permis « de réduire l’usage d’antibiotiques en élevage et de réduire les émissions de nitrates et de méthane (gaz à effet de serre) liées à l’élevage », défend l’industriel.

    « L’argument est cocasse », s’étrangle Sébastien Arsac, cofondateur de L214. L’objectif du labo sarthois, selon l’association, est de rendre ces animaux, « considérés comme des machines à lait », plus productifs. « Ces recherches ont aussi des conséquences sur l’ensemble des animaux d’élevage qui se verront appliquer le même régime alimentaire, à l’origine de nombreux problèmes de santé, insiste Sébastien Arsac. Quel est le sens de cette course ? » Les vaches produisent déjà plus de 6 700 litres de lait par an, le double de leurs aïeules en 1970. La production des Prim’Holstein atteint cinq fois les besoins d’un veau.

    Source : leparisien.fr

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT