Radio One Logo
  • Australie :  le cardinal Pell condamné à six ans de prison pour pédophilie

    Australie

    Australie : le cardinal Pell condamné à six ans de prison pour pédophilie

    13 mars 2019 20:00

    85 vues


    Plus haut représentant de l’Eglise à avoir été traduit en justice pour des faits de pédophilie, ex-numéro trois de la curie romaine, le cardinal australien George Pell a été condamné dans son pays, mercredi 13 mars, à six ans de prison. Il risquait jusqu’à cinquante ans de réclusion criminelle.

    Le prélat « a droit à une justice équitable et constante », a fait valoir le juge du tribunal de Melbourne, Peter Kidd, en rendant sa sentence, regrettant la « mentalité de meute » d’une partie de l’opinion publique. « Vous ne devez pas servir de bouc émissaire. Je ne suis pas là pour juger l’Eglise catholique », a encore souligné le magistrat, martelant que seul l’examen des faits comptait.

    Des répercussions « profondes » et « durables »

    George Pell, qui clame son innocence et a fait appel de sa condamnation, avait été reconnu coupable en décembre 2018 de pénétration sexuelle et de quatre chefs d’attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur alors âgés de 13 ans en 1996 et 1997. Mais ce verdict n’a pu être annoncé que fin février pour des raisons juridiques.

    Mercredi, le juge a énuméré les crimes commis par le prélat aujourd’hui âgé de 77 ans, expliquant qu’ils avaient des répercussions « profondes » et « durables » sur une victime encore en vie aujourd’hui et probablement sur l’autre, décédée par la suite d’une surdose d’héroïne.

    Le juge Kidd a expliqué avoir tenu compte des « crimes odieux » commis par le prélat pour rendre sa sentence. Mais il a aussi mis dans la balance son âge avancé, ses problèmes cardiaques et le fait qu’il avait « par ailleurs mené une vie irréprochable ».

     « C’est difficile de trouver du réconfort »

    Les victimes ont témoigné de leur déconvenue face à ce jugement relativement clément, bien que la procédure judiciaire ne soit pas terminée.

     « C’est difficile de trouver du réconfort » dans cette décision, a déclaré la victime identifiée seulement par l’initiale « J » par la voix de son avocate Vivian Waller. « Je suis reconnaissant que le tribunal ait reconnu ce qui m’a été infligé quand j’étais enfant mais je ne connais pas le repos » car « plane l’ombre de la procédure d’appel ». Le père de l’autre victime, morte en 2014, a, lui, fait part de sa « déception ».

    Le condamné saura début juin s’il aura droit à un procès en appel. La défense argue que le verdict est « déraisonnable » et que la décision se fonde sur le témoignage de la seule des deux victimes encore en vie, qui plus est sur des faits vieux de plus de deux décennies.

    Elle dénonce aussi le fait que le juge ne lui ait pas permis de diffuser à l’audience une animation vidéo qui aurait pu selon elle jeter un doute sur la possibilité pour deux enfants de chœur de se retrouver seuls dans la sacristie après la messe du dimanche.

    Le prélat est accusé d’avoir imposé, en décembre 1996, une fellation à l’un des deux enfants et de s’être masturbé en se frottant contre l’autre, alors que les garçonnets s’étaient cachés dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne pour y boire du vin de messe. Deux mois plus tard, il aurait poussé l’un des adolescents contre un mur pour lui empoigner les parties génitales.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT