Radio One Logo
  • Bruxelles : les 27 vont ouvrir des négociations commerciales avec Londres

    Bruxelles

    Bruxelles : les 27 vont ouvrir des négociations commerciales avec Londres

    15 déc. 2017 23:00

    25 vues

    Ce vendredi 15 décembre, les Vingt-Sept, réunis en sommet à Bruxelles, viennent d'approuver l'ouverture de la deuxième phase de négociation du Brexit. Comme prévu, les Européens ont accepté cet accord préalable qui leur a été présenté par Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit pour l'Union européenne. Maintenant ils vont pouvoir discuter entre eux des conditions très strictes qu’ils veulent imposer pour la suite de la négociation, indique notre envoyée spéciale à Bruxelles,Dominique Baillard.

    « Aujourd'hui est un pas important sur le chemin d'un Brexit en douceur et ordonné et l'élaboration d'un futur partenariat étroit et spécial », a twitté dans la foulée la Première ministre britannique Theresa May, remerciant le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen, Donald Tusk.

    Peu de concret

    Avec ce préalable avalisé, on se dit ici, « enfin du concret », car pour le moment les sujets abordés lors de ce sommet n’ont pas donné lieu à des avancées spectaculaires. En dépit d’une discussion franche et vigoureuse, relate notre bureau de bruxelles, et qui s’est déroulée jeudi 14 décembre au soir à huis clos et sans compte-rendu, les positions des uns et des autres n’ont guère varié sur le dossier des réfugiés et de leur accueil. Les quatre pays d’Europe centrale ne veulent pas toujours accueillir de réfugiés sur leur sol, mais proposent désormais de participer financièrement, à hauteur de 35 millions d’euros, au rapatriement en Afrique subsaharienne des candidats à l’émigration parvenus jusqu’en Libye.

    Les Européens du Nord et de l’Ouest, eux, veulent bien que la solidarité s’exprime par ce moyen, mais pas exclusivement. Il faudra bien, disent-il, que chaque pays membre de l’UE héberge au moins quelques centaines de migrants.

    L’affrontement paraît d’autant plus abstrait qu’en réalité, il ne porte que sur une modeste fraction des flux migratoires enregistrés ces trois dernières années en Europe, puisque seuls sont impliqués les réfugiés victimes de persécutions politiques, religieuses ou ethniques. Il n’est évidemment pas prévu de quotas pour les migrants clandestins qui ne risquent rien dans leur pays d’origine.

    Réforme de la zone euro

    Avant le Brexit, il a été aussi question ce 15 décembre de la réforme de la zone euro, avec les propositions de la Commission et celles de Donald Tusk, le président du Conseil européen. Ces projets assez minimalistes sont bien loin des ambitions initiales du président Emmanuel Macron. Mais l’Elysée, comme les autres partenaires, savent qu’il est difficile d’avancer sur un sujet aussi important tant qu’Angela Merkel, la chancelière allemande, n’aura pas formé un nouveau gouvernement. Ce n’est que partie remise, au plus tard en juin 2018.

    source: rfi.fr

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT