Radio One Logo
  • Hongkong : Les manifestants défient la loi anti-masque

    Hongkong

    Hongkong : Les manifestants défient la loi anti-masque

    05 oct. 2019 21:30

    21 vues

    La ville a connu une nouvelle nuit de violents affrontements, en réplique à la décision des autorités de bannir le port du masque dans les manifestations. L’escalade se poursuit, sous le regard inquiet de Pékin, qui hausse le ton.

    Carrie Lam avait promis le retour à l’ordre à Hongkong, elle récolte une nouvelle flambée de violence. L’ancienne colonie britannique a connu une nouvelle escalade dans la nuit de vendredi 4 à samedi 5 octobre, en réplique à l’interdiction du port du masque annoncée par la cheffe de l’exécutif, vendredi. Des manifestants en colère ont vandalisé le centre-ville, remontant les rues d’une cité en état de siège, affrontant avec pugnacité les forces de l’ordre, relativement «peu présentes», selon le South China Morning Post. Un garçon de 14 ans a été touché à la jambe par un tir de sommation d’un policier, et a été transféré à l’hopital dans un état «sérieux».

    Dans le quartier de Yuen Long, un policier en civil s’est débattu dans les flammes, attaqué au cocktail Molotov, avant de perdre un instant son pistolet dans l’affrontement avec les jeunes manifestants a révélé une video mise en ligne. Ailleurs, des groupes ont mis le feu aux agences des grandes banques chinoises, telle la China Construction Bank. Scènes de chaos inimaginable il y a encore quelques mois dans la policée plaque tournante financière asiatique. Pour contenir le mouvement, les autorités ont fermé l’ensemble du réseau de métro MTR, une décision rare.

    Carrie Lam a condamné samedi les actions violentes commises la veille, assurant que la population était «effrayée». «Les actes extrêmes commis par les émeutiers sont à l’origine d’une nuit très sombre pour Hongkong et la société hongkongaise est à moitié paralysée aujourd’hui», «tout le monde est très inquiet voire même effrayé», a-t-elle déclaré.

    «Nous pensons que la nouvelle loi aura un effet dissuasif sur les manifestants violents et les émeutiers masqués et aidera la police dans sa mission de maintien de l’ordre» avait pourtant déclaré Lam, quelques heures plus tôt lors d’une conférence de presse. Devant son cabinet réuni, la bureaucrate nommée par Pékin annonçait sa décision d’interdire aux manifestants le port de masque, pour mieux les identifier. Pour cela, elle a recours aux dispositions d’urgence offerte par une législation datant de l’ère Britannique, et jamais utilisée depuis un demi-siècle, l’Emergency Ordinance Regulations. Le recours à ce texte a déclenché la colère des jeunes opposants qui accusent les autorités de vouloir dépecer l’île de sa semi autonomie, sous la pression de la Chine continentale. «C’est le début de la fin de Hongkong» a déclaré Joshua Wong, l’un des leaders emblématique du «mouvement des parapluies» qui avait occupé le centre-ville en 2014 pour réclamer des réformes démocratiques. Les manifestants promettent de nouvelles actions de protestations durant le week-end.

    Trois mois après le début de la crise, déclenchée par un projet de loi d’extradition judiciaire vers la Chine communiste, le fossé se creuse encore entre l’exécutif hongkongais et les manifestants les plus radicaux, sous le regard impatient de Pékin. Vendredi, le pouvoir central a haussé le ton, jugeant «extrêmement nécessaire» l’interdiction des masques, par la voie d’un communiqué du porte-parole du Bureau chargé, au sein du gouvernement, des affaires de Hongkong et de Macao, Yang Guang. Le régime chinois a laissé Carrie Lam en première ligne en amont des 70 ans de la République populaire, célébrés avec emphase le 1er octobre place Tian An Men, par une parade militaire imposante. Désormais, l’appareil communiste accentue la pression, plaidant pour une reprise en main musclée. «Il est grand temps de mettre fin aux violences en adoptant une attitude plus claire et des mesures plus efficaces», a prévenu Yang Guang. «Le chaos actuel à Hongkong ne peut pas continuer indéfiniment» a-t-il ajouté, en guise d’avertissement.

    (Source lefigaro.fr)

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Zwe Sa La Misik

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT