Radio One Logo
  • Syrie : Plus de 60 000 déplacés par l’offensive turque, une réunion de l’ONU attendue

    Syrie

    Syrie : Plus de 60 000 déplacés par l’offensive turque, une réunion de l’ONU attendue

    10 oct. 2019 21:30

    56 vues

    L’offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignent une résurgence de l’EI. Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies doit avoir lieu jeudi.

    C’était l’une des conséquences attendues de l’offensive de la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie. Plus de 60 000 civils ont été précipités sur les routes de l’exode, a rapporté jeudi 10 octobre l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Ces déplacés fuient « les secteurs à la frontière, en particulier les zones de Ras Al-Aïn et Derbassiyé », a précisé l’Observatoire, expliquant que ces civils se dirigeaient vers des territoires plus à l’est, notamment la ville de Hassaké.

    Après des heures de bombardements, l’armée turque et ses supplétifs syriens ont pénétré, mercredi, dans le nord-est de la Syrie dans les territoires contrôlés par les Forces démocratiques syriennes (FDS) – une coalition de combattants dominés par les Kurdes –, qui, alliées aux Américains dans la région depuis 2015, ont payé un lourd tribut à la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI).

    « Les forces armées turques et l’Armée nationale syrienne [le nouveau nom des rebelles syriens soutenus par Ankara] ont commencé l’opération “Source de paix” dans le nord de la Syrie. » C’est par ce message, rédigé en turc, en anglais et en arabe, sur le compte Twitter du président turc, que le nouveau front s’est ouvert dans cette région jusqu’ici plutôt stable grâce aux efforts conjoints des FDS et de leurs alliés occidentaux – américains, français et britanniques.

    Dès mercredi après-midi, l’aviation et l’artillerie turques ont pris pour cibles plusieurs localités frontalières du nord de la Syrie – Tall Abyad, Ras Al-Aïn, Kamechliyé, Ayn Issa et Kobané. L’opération a déjà fait au moins 15 morts, dont 8 civils, a annoncé l’OSDH. Des équipes humanitaires ont déclaré être en train d’évacuer le nord-est de la Syrie.

    Une vingtaine de personnes ont été blessées dans des localités turques par des obus, dont plusieurs ont touché le bâtiment de la sous-préfecture d’Akçakale, a constaté un photographe de l’Agence France-Presse, qui a vu au moins trois blessés dont deux semblaient grièvement atteints. D’autres obus se sont abattus dans d’autres quartiers de cette localité frontalière de la Syrie.

    Tollé international

    L’offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence de l’organisation djihadiste Etat islamique (EI). Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) doit avoir lieu jeudi.

    Le président français, Emmanuel Macron, a appelé jeudi la Turquie « à mettre un terme le plus rapidement possible » à son offensive qui « risque d’aider Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique] à reconstruire son califat ». « Elle doit cesser », a également martelé le ministre des affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian.

    Les Kurdes syriens ont été aux avant-postes de la lutte contre l’organisation djihadiste avec le soutien aérien de la coalition internationale anti-EI.

    En mars 2019, les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition à majorité kurde, se sont emparées de l’ultime bastion syrien de l’EI à Baghouz. Mais le groupe djihadiste reste actif dans la clandestinité.

    (Source lemonde.fr)

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Carnet de Santé

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT