Radio One Logo
  • Scepticisme après les fuites sur le «plan» de Boris Johnson

    Internationale

    Scepticisme après les fuites sur le «plan» de Boris Johnson

    01 oct. 2019 21:30

    29 vues

    La presse britannique a dévoilé mardi plusieurs versions d’un projet visant à éviter le retour d’une frontière en dur entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande lorsque le Royaume-Uni quittera l’Union européenne.

    À moins de trente jours du Brexit, il est temps de se dévoiler. Le «plan» de Boris Johnson pour un accord sur le divorce doit être soumis avant la fin de semaine aux Européens, mais des éléments ont fuité la nuit dernière. Et ces dispositions «innovantes» n’ont pas l’air de convaincre les principaux intéressés, l’Irlande et Bruxelles.

    Le cœur du sujet est toujours la frontière irlandaise, principal point d’achoppement des négociations. Selon certains documents (mais des versions diffèrent), le gouvernement britannique envisage des contrôles douaniers à plusieurs kilomètres de la frontière. Concrètement, ces contrôles pourraient se faire dans des «centres de dédouanement», de chaque côté, à une quinzaine de kilomètres. Le but serait de maintenir ouverte la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Mais le dispositif n’a guère l’air de convaincre.

    Côté irlandais, le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney a montré le peu de cas que Dublin faisait de ces propositions en invitant Londres à faire en fin une «offre sérieuse». «L’Irlande du Nord et l’Irlande méritent mieux», a-t-il tweeté. La chef du Sinn Fein, Mary Lou McDonald, a aussi fustigé ce «plan» en disant que cela revenait au rétablissement d’une «frontière dure sur l’île d’Irlande», ajoutant que cela «sabotait» le processus de paix. Côté européen, des sources proches des négociations ont aussi exprimé leur scepticisme, ne voyant rien de très novateur dans tout cela. Rien en tout cas permettant d’avancer sur la voie d’un accord.

    Alors que le Parti conservateur tient son conclave annuel à Manchester, Boris Johnson a tenté de corriger le tir. Il a déclaré à la BBC que ce qui avait fuité dans la presse n’était «pas tout à fait exact», assurant qu’il allait faire «formellement très bientôt une très bonne proposition». Il a ainsi laissé entendre que les centres de dédouanement n’étaient pas d’actualité, tout en ajoutant qu’il faudrait bien faire les contrôles quelque part…

    L’idée toutefois est que la grande majorité des contrôles se fasse au point de départ des produits ou à leur point d’arrivée finale. Le Premier ministre a en revanche confirmé la proposition «d’un territoire unique pour l’agriculture, les industries agroalimentaires sanitaires et phytosanitaires, ce qui constitue une concession importante du gouvernement britannique». Sur ces sujets, les décisions continueraient donc d’être prises à Bruxelles.

    Boris Johnson a réaffirmé sa volonté intacte de sortir de l’UE d’ici le 31 octobre. Toute la question est désormais de savoir, en cas d’absence d’accord, comment il entend s’affranchir de la loi votée récemment au Parlement et le contraignant à demander un nouveau report.

    (Source Lefigaro.fr)

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT