Radio One Logo
  • Torture : la justice ne trouve pas de coupable dans la mort en cellule policière d’Iqbal Toofanny

    Torture

    Torture : la justice ne trouve pas de coupable dans la mort en cellule policière d’Iqbal Toofanny

    03 août 2020 17:30

    52 vues

    La mort d’Iqbal Toofanny en cellule avait défrayé la chronique en mars 2015. Ce père de famille arrêté par la CID de Rivière-Noire, aurait été battu et torturé jusqu’à ce que mort s’en suive.

    Toutefois, la présidente de la division criminelle de la cour intermédiaire, Niroshini Ramsoondar, a estimé qu’il n’y avait pas assez de preuves pour condamner les trois policiers.

    21 jours. C’est le délai que la loi donne au Directeur des poursuites publiques pour faire appel de la décision de la cour. Il devra déterminer s’il y a des points à contester dans le jugement. En d’autres mots, les accusés ne sont toujours pas tirés d’affaire.

    En accordant le bénéfice du doute au sergent Persand, ainsi qu’aux constables Numa et Raggoo, la présidente de la division criminelle de la cour intermédiaire a soulevé plusieurs questions.

    Si la cour accepte le fait que la victime Iqbal Toofanny a été battue entre 24 et 48 heures avant sa mort, le 2 mars 2015, c’est de pouvoir affirmer avec certitude qui est l’auteur des coups, qui est un problème, selon la magistrate Niroshini Ramsoondar.

    La magistrate dit ne pas comprendre pourquoi la victime a donné une déclaration pour coups et blessures sur sa personne, en disant que ses agresseurs sont des personnes inconnues et n’a pas signé cette déclaration.

     

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT