Radio One Logo
  • Anti-Money Laundering And Combatting the Financing of Terrorism : L’opposition concède que cette loi aidera le secteur financier, mais pose des questions sur son application

    Politique

    Anti-Money Laundering And Combatting the Financing of Terrorism : L’opposition concède que cette loi aidera le secteur financier, mais pose des questions sur son application

    01 juil. 2020 10:53

    24 vues

    L’Anti-Money Laundering And Combatting the Financing of Terrorism (Miscellaneous Provisions) Bill est important pour le renforcement de la juridiction mauricienne s’agissant des services financiers.

    L’opposition ne dit pas le contraire, mais soutient que le gouvernement aurait dû en faire plus. C’est surtout dans l’application de ces mesures qu’il faut s’appuyer, a insisté, hier mardi 30 juin, la minorité parlementaire.

    Pour le leader de l’opposition, le gouvernement n’en fait pas assez pour convaincre la communauté européenne de ses dispositions pour combattre le blanchiment d’argent et le financement des activités liées au terrorisme. D’autant que d’autres pays, plus conformes que nous, comme Trinidad et Tobago, ont également été blacklistés.  

    Selon l’analyse du leader du PMSD, c’est dans l’implémentation des lois que le pays ne démontre pas assez de rigueur. En l’absence d’une bonne gouvernance, les lois ne servent à rien, soutient Xavier-Luc Duval. 

    « La mise en œuvre des lois, des lois qui existent déjà pour la plupart. Ce projet de loi est un petit pas dans la bonne direction, personne ne dit le contraire. Ce dont nous avons besoin dans ce pays, c'est une bonne gouvernance, de l'intégrité du gouvernement et de la capacité des institutions à mettre en œuvre une loi d'application. »

    En 2016, Maurice avait le soutien indéfectible de la Grande-Bretagne pour son projet de devenir le centre des services financiers du continent africain. Que s’est-il passé en 4 ans, se demande le leader adjoint du MMM, Reza Uteem, qui est également un acteur de ce secteur.

    « Il y a quatre ans, l'Angleterre était entièrement derrière l'île Maurice. En l'espace de quatre ans, l'Angleterre va maintenant promouvoir un concurrent en Afrique, notamment le Rwanda, qui maîtrise à la fois l'anglais et le français. Si ce n'est pas une motion de défiance à l'égard du gouvernement, qu'est-ce que cela pourrait être ? »

    Comme nous le disions hier matin, la Financial Action Task Force reproche surtout à Maurice son manque de rigueur dans le contrôle de la provenance des fonds qui transitent par le pays.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT