Radio One Logo
  • La ministre de l’Education interpellée sur l’avancée de l’enquête de l’ICAC

    Politique

    La ministre de l’Education interpellée sur l’avancée de l’enquête de l’ICAC

    01 avril 2019 12:30

    299 vues

    Trois mois après la révélation des fraudes avérées au Youth Employment Programme, l’opposition parlementaire  s’intéresse à l’avancée de l’enquête de la commission anti-corruption sur cette affaire. 

    C’est le député du MMM, Veda Baloomoody, qui interpellera la ministre de l’Education sur ce dossier, à l’Assemblée nationale, demain mardi.

    Il s’agirait de plusieurs millions de roupies des fonds de l’Etat, encaissées frauduleusement par des entreprises.

    L’affaire a éclaté en janvier dernier suite à plusieurs plaintes déposées à la commission anti-corruption. L’enquête de l’ICAC devait effectivement mettre en lumière plusieurs anomalies dans le paiement des allocations aux entreprises par le HRDC dans le cadre du Youth Employment Programme, le YEP. Le Human Resource Development Council, s’est vu doter d’un budget de 125 millions à 250 millions de roupies pour l’embauche des School Leavers et réduire ainsi le taux de chômage.

    A travers le YEP, une entreprise peut employer pendant une année des jeunes dont le salaire est financé à 50% par le HRDC. Au bout d’un an, l’employeur peut soit employer le jeune sur une base permanente ou le remercier.

    Sauf que depuis 2013, date du lancement du YEP, il y a eu plusieurs dénonciations de réclamations fictives de la part de certains employeurs. En janvier, l’ICAC révélait, qu’effectivement, sur 250 bénéficiaires, selon la liste officielle du HRDC, 150 n’avait jamais touché le moindre  sou  sous ce programme géré par le ministère de l’Education. Lors de leur interrogatoire, ils ont même affirmé ne s’être jamais inscrits pour une quel conque formation sous le YEP.

    La somme détournée des fonds publics était alors estimée à 5 millions de roupies. Et les enquêteurs s’attendaient à ce que l’envergure de la fraude soit encore plus importante vu le manque total de contrôle au niveau du système de paiement du HRDC. L’éventualité d’une complicité interne avait même été évoquée.

    Plusieurs chefs d’entreprises avaient été interpellés, Under Warning, pour des explications.

    Et depuis, plus rien ! Aucune arrestation. Aucune indication sur les conclusions de l’enquête. En saura-t-on davantage, demain, grâce à la PQ de Veda Baloomoody ?

    Pour rappel, il y a eu aussi plusieurs cas rapportés à la police selon lesquels, les jeunes placés en entreprise n’ont pas touché un sou de l’employeur. Alors que selon l’accord avec le HRDC, l’entreprise doit payer Rs 8 000 par mois à un jeune sans diplôme, et Rs 15 000 aux diplômés…

     

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT