Radio One Logo
  • Children’s Bill : l’abolition complète du mariage des mineurs acceptée des deux côtés de la chambre

    Children’s Bill

    Children’s Bill : l’abolition complète du mariage des mineurs acceptée des deux côtés de la chambre

    25 nov. 2020 20:00

    35 vues

    Le Children’s Bill enfin débattu. C’est un projet de loi attendu depuis plus de 10 ans afin d’apporter des changements majeurs aux droits des enfants notamment sous la Child Protection Act qui date de 1995.

    Avec un amendement à la définition d’un enfant, le mariage ne sera plus autorisé à un mineur en aucune circonstance.

    L’esprit de la loi veut que l’intérêt supérieur de l’enfant soit respecté, afin d’être en ligne avec les conventions internationales sur les droits de l’Enfant.

    Depuis la mort de la petite Ruwaida, mariée et enceinte à 13 ans, en 2018, le mariage des mineurs est devenu une pratique largement décriée au sein de la population. La place d’un enfant doit être dans une salle de classe, a déclaré, hier, Kalpana Coonjoo Shah, ministre de l’Egalité des genres et du bien-être de la famille.

    « Nous pensons que l'enfant devrait plutôt se concentrer sur son développement et sa croissance qui l'aideront à devenir un adulte responsable, respectueux des lois et un citoyen de ce pays. »

    La députée MMM Arianne Navarre Marie, ancienne ministre de l’Enfant, tout en accueillant favorablement l’interdiction du mariage des enfants, plaide pour une meilleure éducation sexuelle dans les écoles.

    « Ce projet de loi est une avancée. Le mariage à l’âge de 18 ans sans dérogations. Mais ce projet de loi devrait être accompagné par d’autres mesures, par exemple, une éducation sexuelle digne de ce nom. Sans tabou et moins pudique. »

    Le ministre des Arts et du patrimoine culturel, Avinash Teeluck, s’est exprimé en tant que légiste, mais aussi en tant que père de famille. L’intérêt des enfants, dit-il, exige que l’on dépasse les clivages partisans.   

    « Ce projet de loi rendra justice à tous ces enfants innocents qui ont été victimes d'animaux déguisés en hommes ou en femmes. Nous devons à nos enfants ce projet de loi, nous devons à notre pays ce projet de loi. Que Dieu bénisse toutes ces âmes défuntes, victimes d'abus sexuels ou autres abus. »

    Le ministre Bobby Hureeram a soutenu, pour sa part, qu’il y a eu des pressions pour ne pas faire passer ce projet de loi. Les débats ont pris fin peu avant minuit et reprendront le jeudi 3 décembre. Il n’y aura donc pas de question parlementaire la semaine prochaine.

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2021 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT