Radio One Logo
  • Le cannabis au centre de la campagne électorale

    Politique

    Le cannabis au centre de la campagne électorale

    27 oct. 2019 12:32

    1324 vues

    Au cœur des débats politiques en cette campagne électorale en vue des législatives 2019, le cannabis, cette plante dont la consommation et la vente sont interdites à Maurice a toujours était au cœur de nombreux débats.

    Grace à ses vertus médicinales, dont les mérites n’ont de cessent d’être vantés par les ONGs, elle fut autorisé à la vente et à la consommation durant les années 1883 à Maurice… Toutefois malgré les grands moyens déployés par les autorités, elle reste belle est bien présente à Maurice. Ils sont nombreux pour des raisons médicinales et thérapeutiques à demander sa décriminalisation en 2019. 

    Avant 1923, le cannabis, appelé « Gandia » à Maurice, se vendait dans des commerces, appelés des « Dokan ». Chaque propriétaire devait payer un permis qui coutait Rs 150, pour une période de 6 mois, au gouvernement britannique.

    Sydney Selvon, écrivain et ancien journaliste, nous fait un brin d’histoire.

    «C’est la Reine Victoria qui a signé l’approbation. Elle avait une menstruation difficile et son médecin l’a soigné avec du cannabis. Le cannabis était importé par des douanes, distribuer et peser au milligramme près, tout d’abord avec des boutiquiers ensuite avec des commerçants et les pharmaciens.»

    Toutefois, la Dangerous Drugs Ordinance de 1934, scella le destin du  cannabis à Maurice.

    Mais, en 1986, avec les nombreuses saisies record, le cannabis revient sur le devant de la scène mauricienne. Ainsi que l’héroïne, le brown sugar, et de nos jours les drogues synthétiques. Paul, est un prénom fictif pour ce jeune homme de 28 ans. Le fond, il dit l’avoir touché. Gandia, brown, il aura tout essayé.

    «Je me suis drogué pendant cinq ou six ans et j’ai décidé d’arrêter avec cette vie de drogue. C’est grâce au cannabis que j’arrive à tenir. Le cannabis ne rend pas violent, avec de la drogue dure, vous volez votre famille.»

     

     

    Si lui a pu bénéficier du soutien de ses amis, tous n’ont pas sa chance. En cette période électorale, il en profite pour lancer un appel à l’aide aux politiciens.

    «J’aimerais que les politiciens viennent voir dans les quartiers où beaucoup de personnes et surtout des jeunes se droguent et qu’ils essayent de les sauver.»

    Les défenseurs du cannabis thérapeutique sont nombreux. Ils ne cessent de le répéter. Le cannabis est très efficace pour de nombreuses maladies.  Sydney Selvon, ayant lui-même trouvé la guérison, en se traitant à l’huile de cannabis, après avoir subi une délicate intervention du cœur, parle de sa résurrection.

    «J’arrivai à peine à marcher 100 mètres. Quand je suis allé en France, j’ai acheté une bouteille d’huile de cannabis, depuis cela j’ai recommencé à bien marcher.»

    Rajaram, dont le neveu est Schizophrène, souhaiterait ne plus avoir à se cacher pour, dit-il, « faire li fimer ». Selon lui, ça l’apaise totalement et l’aide au quotidien.

    «Cette maladie peut le rendre agressif à n’importe quel moment, mais s’il fume, nous n’avons même pas besoin de lui donner ses médicaments.»

    En cette période électorale, l’Alliance Nationale a fait comprendre hier qu’elle prévoit une mesure  concernant  l’usage du cannabis à des fins médicales. Le MMM, prévoit lui de mettre sur pied un Select Committee concernant l’usage médical et récréatif du cannabis alors que l’Alliance Morisien attend l’avis de l’OMS avant de se prononcer.

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Génération 80

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT