Radio One Logo
  • Relations industrielles : Les amendements aux lois du Travail se font toujours attendre

    Relations industrielles

    Relations industrielles : Les amendements aux lois du Travail se font toujours attendre

    16 mars 2019 09:30

    57 vues

    La fermeture de l’usine Palmar Ltée, jetant sur le pavé quelque 1 300 employés sans compensation, a remis sur le tapis la question des amendements aux deux lois du travail. Amendements annoncés dans le manifeste électoral de Lalyans Lepep, en 2014, mais jamais portés devant l’Assemblée nationale.

    Les syndicats comptent bien faire pression sur le ministère du Travail en cette année de campagne électorale.

    Mais pourquoi ces deux lois sont-elles si tant contestée par la classe syndicale?

    L’Employment Relations Act et l’Employment Rights Act ont été votés sous le gouvernement  Parti Travailliste / PMSD, le 2 février 2009.  Deux lois vivement contestées à l’époque par la classe syndicale. Des syndicalistes s’étaient même rassemblés devant le parlement le soir du vote.

    Mais le coup de massue, selon les syndicalistes, intervient en 2013, lorsque le ministre du Travail d’alors, Shakeel Mohamed, propose et fait voter une dizaine d’amendement à l’Employment Rights Act.

    L’un des amendements jugés inacceptable par les syndicats est l’article 39A portant sur la fermeture d’une entreprise et la réduction de la main-d’œuvre pour raison économique. L’amendement permet aussi à l’employeur de licencier un employé pour mauvaise performance et sans compensation. Toutefois, le licencié peut s’inscrire au Workfare  Programme.

    Selon les centrales syndicales, depuis dix ans, le nombre de cas référés à des comités disciplinaires tous secteurs confondus est en constante augmentation. Pas moins d’une centaine par an.

    Aujourd’hui, le gouvernement propose la mise en place d’un Portable Gratuity Retirement Fund pour protéger les employés. Sauf que rien n’est prévu concernant les amendements aux deux lois du Travail. 

    Il nous revient que le comité ministériel, institué en 2016 et présidé par le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, s’est réuni le 6 mars pour discuter une dernière fois de ces amendements.

    Il faudra attendre la prochaine session parlementaire pour prendre connaissance des intentions du gouvernement à ce sujet.

      

     

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Nou la voix nou radio

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT