Radio One Logo
  • Pétition en ligne pour réclamer de nouvelles élections générales

    Politique

    Pétition en ligne pour réclamer de nouvelles élections générales

    06 sept. 2020 15:00

    293 vues

    Ce n’est pas une pétition en ligne contre le gouvernement qui contraindra le président de la République à faire organiser des élections générales anticipées. C’est ce que fait comprendre le constitutionaliste Milan Meetarbhan.

    Toute fin de mandat doit se faire en conformité avec la constitution du pays, et tout nouveau Parlement est forcément constitué à l’issue d’élections législatives. Cependant, une pétition en ligne, comme celle qu’organisent les amis de Bruneau Laurette, pourrait déboucher sur d’autres actions

    Dans le sillage de la marche citoyenne du 26 juillet dernier, une pétition en ligne circule pour réclamer des élections générales anticipées. Ce thème a même été abordé, hier, lors de la conférence de presse conjointe des partis de l’opposition parlementaires.

    Pour le constitutionnaliste Milan Meetarbhan, cette pétition n’a pas de valeur juridique.

    « Cette pétition n’a pas de valeur juridique, nous n’avons pas, dans notre régime constitutionnel, la possibilité d’exercer une action en vertu d’une pétition et peu importe le nombre de signataires.  

    Notre interlocuteur ajoute toutefois que cette pétition pourrait avoir une signification politique, et elle ne doit pas être ignorée.

    « Cela a certainement une valeur politique, toute pétition comme toute manifestation exerce une certaine pression morale sur un gouvernement.  Dans une démocratie, le gouvernement tient compte des demandes ou des aspirations de la population. »

    Un avis partagé par l’observateur politique Jocelyn Chan Low. Une pétition devient alors une forme de mobilisation citoyenne.

    « Nous n’avons pas ce mécanisme dans notre constitution. Ce n’est pas comme ça que ça se passe pour faire un Premier ministre partir. La pétition devient une forme de mobilisation citoyenne qui démontre le mécontentement des Mauriciens par rapport à ce gouvernement. »

    Rien n’oblige donc le président de la République d’accepter cette pétition, malgré le nombre de signataires qu’elle comporte. Mais le pouvoir exécutif ne peut l’ignorer car elle traduit, dans une certaine mesure, la volonté populaire.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT