Radio One Logo
  • Visite papale : Ce qu’il faut retenir de ces 7 jours dans l’océan indien

    Visite papale

    Visite papale : Ce qu’il faut retenir de ces 7 jours dans l’océan indien

    10 sept. 2019 17:00

    397 vues

    C’est aujourd’hui que s’achève ce déplacement du Pape dans l’océan indien, après un passage par le Mozambique, Madagascar et Maurice.

    8 jours de déplacement, et très peu de temps morts. Le programme du Pape François dans ces trois pays de l’océan aura été aussi intense que la ferveur ressentie par les millions de fidèles qui ont croisé son chemin ces derniers jours. Ce mardi matin, il va les saluer une dernière fois, lors d’une cérémonie d’adieu à 9h, sur le tarmac de l’aéroport d’Ivato où il était arrivé 4 jours plus tôt. Car après sa journée express à Maurice hier lundi, il a à nouveau grimpé dans un avion le ramenant à Antanarivo, pour une dernière nuit à la nonciature apostolique d’Ivandry, où il est arrivé en début de soirée ce lundi.

    Arrivé au Mozambique le 4 septembre au soir, le Pape François a multiplié les rendez-vous à son agenda ce jeudi-là. Et pour cause, le lendemain-même, il devait reprendre l’avion pour poursuivre sa visite à Madagascar. Mais avant, le souverain pontife aura rencontré les jeunes Mozambicains, les invitant à oeuvrer pour la paix de leur pays. Un sujet d’actualité pour le Mozambique qui le mois dernier, a signé un cessez-le-feu après des décennies de conflit. Il a également dit toute sa compassion et sa solidarité avec les victimes des deux cyclones Kenneth et Idai, qui en début d’année ont causé de nombreux morts et semé la désolation sur le pays.

     

    Parmi les temps forts de son passage au Mozambique, la visite d’un hôpital à Maputo, où sont notamment soignées de nombreuses femmes séropositives, mais aussi la messe au stade de Zimpeto, où il a été acclamé par un public de 60 000 fidèles dans une ambiance festive, et lors de laquelle il a une nouvelle fois prononcé un message de réconciliation à l’adresse des Mozambicains.

     

    C’est après sa messe à Maputo que François s’est envolé pour Madagascar. Arrivé en fin d’après-midi le 5 septembre, le Saint-Père a été accueilli par une cérémonie sur le tarmac-même de l’aéroport. Là encore, cela faisait 30 ans qu’un Pape n’était pas venu en visite.

     

    C’est dans ce pays qui est l’un des plus pauvres du monde qu’il a passé le plus de temps sur cette visite indianocéanique des plus chargées. Durant deux jours complets, le Pape a multiplié les rencontres, en commençant le samedi 6 au matin par une rencontre avec la société civile, le corps diplomatiques et les représentants du pays. Un discours à dimension largement politique dans lequel il a appelé à faire cesser les pratiques de corruption, et à faire en sorte que le pays sorte de la misère sans pour autant piller ses propres ressources. Car le discours du souverain pontife a aussi insisté, comme c’était déjà le cas dans une de ses prises de paroles au Mozambique, sur les messages environnementaux. Attention à prendre soin de notre “Maison commune” et à ne pas sacrifier la nature au prétexte du développement du pays, a-t-il dit, s’inquiétant notamment de la déforestation à Madagascar. “Il n’y a pas deux crises, l’une sociale, et l’autre environnementale”, a prévenu le Pape.

     

    Son programme l’a également emmené dans des lieux d’importance religieuse, comme ce samedi après-midi là, au monastère des Carmélites déchaussées ou à la cathédrale de l’Immaculée Conception, à Andohalo, quartier de Tananarive. C’est de toute façon dans la capitale malgache que le souverain pontife a mené l’ensemble de ses visites sur la Grande Ile.

     

    Direction le soir vers le champ diocésain de Soamandrakizay, où il devait prendre la parole auprès de la jeunesse malgache. Si sur l’estrade il a pu en effet leur adresser un discours, et eux ont pu lui offrir danses et chants, cette veillée a aussi pu être suivie par environ 200 000 pèlerins, qui eux se mettaient déjà en place en vue de la messe dominicale prévue le lendemain. Nombreux sont ceux qui se sont déplacés depuis l’autre bout du pays, lors d’un très long voyage, pour apercevoir “Papa Fransoa”. Hébergés à leur arrivée dans différents lieux de la foi catholique à Tananarive et ses environs, ses pèlerins sont ensuite arrivés à pied sur le site, au compte-goutte, des heures et des heures avant la grande messe. A la jeunesse, le Pape François a laissé un message d’espérance, les appelant à ne pas céder à devenir les acteurs de leur vie, surmonter l’apathie et trouver leur mission.

    C’est le lendemain dimanche que le rendez-vous le plus impressionnant de toute cette visite était prévu. Toujours à Soamandrakizay, le Pape s’est retrouvé face à une foule compacte d’un million de fidèles venus de toute la Grande Ile pour recevoir sa bénédiction. Lors de ce qui a probablement été le plus grand rassemblement humain de l’histoire de Madagascar, le Saint-Père a prononcé un discours, encore une fois, d’espérance à ce peuple dont une grande majorité vit dans la misère la plus profonde. Dénonçant l’égoïsme et la culture du privilège, François a encore une fois pointé du doigt les pratiques de corruption contre-productives pour le développement de Madagascar, et a appelé à ne pas instrumentaliser le nom de Dieu. Ne voulant décevoir aucun de ses fidèles ayant fait un si long chemin pour l’apercevoir, le souverain pontife s’est d’ailleurs longuement promené à bord de la Papamobile en saluant la foule, avant d’entamer sa messe.

     

    Le dimanche après-midi, rendez-vous était donné à Akamasoa, le village fondé par le père Pedro dans un des quartiers qui comptait parmi les plus défavorisés d’Antananarivo il y a encore quelques années, mais qui a retrouvé l’espoir grâce au travail et à la scolarisation des plus jeunes. Entouré d’environ 8000 enfants de ce “villages de l’Amitié”, le Pape François a longuement salué l’oeuvre du père Pedro, qu’il compte parmi ses amis. Mais surtout, il a, comme de nombreuses fois lors de cette visite, eu un message particulier à l’adresse de cette jeunesse, les exhortant à ne “jamais baisser les bras”. Dans la foulée, le souverain pontife est allé prier pour les travailleurs de la carrière de granit de Mahatazana, tout près d’Akamasoa, puis a achevé sa journée parmi les religieux, consacrés et séminaristes, au collège Saint-Michel d’Antananarivo. Mettant un point final à ses rencontres avec le peuple malgache, et à une deuxième journée de visites des plus denses.

    Mais ce n’en était pas fini pour autant : ce lundi matin, François s’est envolé pour l’île Maurice, où il a passé la journée, encore une fois intense. A Port-Louis, des centaines de milliers de fidèles ont assisté à la messe sur le site Marie Reine de la Paix : là encore, la jeunesse était dans les pensées du souverain pontife. Des jeunes qui peuvent se sentir victimes d’un “avenir incertain”, et que les dangers notamment de la drogue guettent. A la société mauricienne, il a demandé de faire de ces jeunes une mission prioritaire.

    Il a également longuement été question du père Laval, figure emblématique pour les Mauriciens quelle que soit leur confession, et qui est justement fêté tous les 9 septembre sur l’île soeur. A cette occasion, le Pape François s’est rendu sur le tombeau de celui dont l’oeuvre en tant que missionnaire et bienfaiteur auprès des pauvres a marqué l’histoire de Maurice. Une visite privée à laquelle ont pu assister quelques privilégiés, des malades et leur famille notamment. Dernière étape mauricienne, le chef d’état du Vatican a rencontré quelques officiels dont les responsables politiques du pays. Son message à leur encontre a surtout loué le vivre-ensemble mauricien, et a encouragé l’île soeur à relever le défi de l’accueil de migrants, arguant qu’il s’agissait de l’ADN même de Maurice. C’est après cette dernière rencontre que ce mardi soir, le Pape François était de retour à Madagascar pour une dernière nuit dans l’océan indien, où il aura, dans trois pays différents, semé son message de paix et d’espérance auprès de millions de fidèles, 30 ans après Jean-Paul II.

    Johanne Chung To Sang/Clicanoo.com

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT