Radio One Logo
  • Témoignage : À 38 ans, Caroline se fait enlever les seins pour ne plus avoir peur

    Témoignage

    Témoignage : À 38 ans, Caroline se fait enlever les seins pour ne plus avoir peur

    31 oct. 2018 21:30

    1568 vues

    Cette Française a sauté le pas en intégrant un essai clinique en chirurgie robotique au centre de lutte contre le cancer Gustave-Roussy à Villejuif.

    « Aujourd’hui, quand je me regarde, je vois les mêmes seins qu’avant. C’est ma poitrine. » Le sourire et le regard franc, chaque mot de Caroline Pozzi semble pesé. Elle raconte sa double mastectomie préventive sans tabou.

    « Il y a besoin d’en parler… Les femmes ont du mal à sauter le pas. C’est un choix qu’on peut faire en connaissance de cause. » Cette Vannetaise de 38 ans l’a fait en juin 2017.

    « Comme une renaissance »

    Une opération réalisée à Paris dans le cadre d’un essai clinique de chirurgie robotique qu’elle évoque avec émotion. Mais « sans regret ». La douleur de l’opération, la peur de l’après, la reconstruction… Tout cela est loin maintenant. « C’est comme une renaissance. Un nouveau corps à s’approprier. »

    Sans doute la dernière étape après une longue histoire familiale. « Deux sœurs de ma mère sont décédées d’un cancer du sein. Ma mère a succombé à un cancer des ovaires, voilà quatre ans. » Caroline parle de prédispositions. La mutation d’un microscopique gène dont les conséquences sont dévastatrices.

    « Ma mère avait fait un test génétique, à l’époque où l’on commençait à en parler dans le milieu médical. » Elle aussi y passe, parce qu’on « se met en tête que tôt ou tard, on l’aura ». À l’annonce du résultat, sa mère lui glisse : « Sacré héritage que je te laisse. »

    Des photos traumatisantes

    Ses années filent au rythme d’IRM annuelles. « Avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. » Qui peut bien attendre encore un peu. « J’ai eu deux enfants qui ont maintenant 4 et 8 ans », confie la jeune femme. Mais un triste anniversaire se rappelle à elle pour ses 36 ans. « C’est l’âge qu’avait ma tante quand on lui a décelé son premier cancer. » C’est le déclic. « Je me suis demandé que faire de ce test. Est-ce que j’allais continuer à faire l’autruche ? »

    Le hasard la mène vers le professeur Benjamin Sarfati au centre Gustave-Roussy à Villejuif en France. Elle est alors dans une salle d’attente, à Rennes. Un médecin doit la recevoir pour parler de l’opération. « Il avait du retard. J’ai parcouru un article sur ce protocole d’essai clinique en cours. » Le chirurgien est assisté par un robot pour retirer les glandes mammaires. L’information fait son chemin, surtout après l’échec de cette consultation. « Je suis sortie très mal. Les photos de mastectomie que j’avais vue étaient traumatisantes. »

    Elle obtient son rendez-vous à Villejuif quinze jours plus tard, en juillet 2016. « Les cicatrices sont sous les aisselles, au niveau du soutien-gorge, détaille-t-elle. C’est esthétique et cela permet une reconstruction immédiate. »

    « J’aurai peut-être un autre cancer, mais pas celui-là »

    Caroline en parle avec conviction. Ça n’empêche pas la peur. « Je me demandais si j’allais m’accepter. Et puis, il y avait aussi l’essai clinique. » L’opération a lieu en juin 2017. « J’ai voulu faire demi-tour la veille. Je me demandais pourquoi je m’infligeais ça. »

    Le réveil est tout autre. La jeune femme se sent bien préparée, bien accompagnée. « J’ai ressenti un immense soulagement malgré les douleurs. » Fini de se voir comme une future malade. « J’avais pris les devants. Je sais que le risque zéro n’existe pas… J’aurai peut-être un autre cancer, mais pas celui-là. »

    L’intonation est déterminée. La parole se fait plus inquiète pour évoquer sa fille. « J’espère avoir coupé avec cet héritage. Quand elle pourra comprendre, peut-être qu’elle sera fière de sa mère, qui a fait, un peu, avancer la science en participant à cet essai. »

    Cet été, Caroline a mis des maillots de bain. « Décomplexée et rassurée », assure-t-elle. Mais également reconnaissante envers le médecin qui l’a opérée. « Il a de l’or dans les mains. » Elle se paie même le luxe de rire de son opération avec une devinette : « J’ai un point commun avec Angelina Jolie, devinez lequel ? »

    Source : ouest-France.fr

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT