Radio One Logo
  • BLD, pourquoi ?

    Société

    BLD, pourquoi ?

    19 févr. 2021 06:30

    66 vues

    Nous avons été témoins d’un bel enthousiasme populaire samedi dernier. La ferveur était là. Ferveur… Faute de trouver un terme qui serait, disons, plus politique.

    Évidemment, nous sommes très loin d’un soulèvement populaire, même si pour les organisateurs, c’est un signe que le gouvernement ne bénéficie pas du soutien d’une bonne partie de la population.

    Oublions pour le moment, les qualificatifs utilisés par Pravind Jugnauth et ses alliés (frustrés, insignifiants, mauvais perdants etc). De même que les termes dégradants utilisés à l’égard d’un Premier ministre, démocratiquement élu. Ainsi que l’a fort justement souligné le cardinal Piat.

    Tout semble indiquer que la marche du 13 février voulait raviver la flamme allumée lors de la manifestation du 11 juillet 2020. Qui d’ailleurs inaugurait deux autres marches, celle du 29 août et du 12 septembre. Les formations politiques mainstream avaient, alors, adopté un profil bas.

    En somme, nous devrions nous demander s’il s’agit de raviver la flamme ou, au contraire, d’une tentative de récupérer la grogne des citoyens. Même si ces derniers semblent faire peu de cas de la présence des dirigeants de ces formations mainstream.

    Nous devrions donner un contenu politique à un événement éminemment politique. Plutôt que de se perdre en insultes.

    Il s’agit de redonner au mot « politique » son sens le plus large, en l’occurrence l’organisation et l’exercice du pouvoir dans une société. Car toute action au sein de la société est forcément politique.

    Quand suite aux émeutes de février 1999, Jocelyne Minerve démissionne comme députée et membre du MMM et force la tenue d’une élection partielle, elle espérait « un retour aux débats citoyens » face au communalisme ambiant. Mais les politiciens professionnels étaient aux aguets…

    Un retour brusque aux réalités vit, au contraire, une campagne électorale marquée par la distribution d’argent et de « tempos » aux électeurs. Autant pour une tentative d’empowerment politique des citoyens…

    Et il est fort à craindre que les tentatives de mobilisation populaire pour la défense des droits et des libertés des citoyens n’aboutissent malheureusement qu’à cette alternance exaspérante entre deux familles habituées au pouvoir. Le véritable engagement citoyen consiste probablement à s’extraire de cet état larvaire où la classe politique veut l’enfermer.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2021 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT