Radio One Logo
  • Communautarisme : les représentants religieux appelant au calme et au dialogue

    Société

    Communautarisme : les représentants religieux appelant au calme et au dialogue

    23 sept. 2020 20:30

    25 vues

    Alors que des propos à relent communal déferlent depuis quelques temps sur les réseaux sociaux, il ne faut pas les relier aux religions.

    Aucune religion ne prône la haine et le Conseil des religions veille à ce que le vivre-ensemble mauricien ne soit pas rompu. Les religieux appellent d’ailleurs tous les Mauriciens à ne pas aider à propager la haine raciale. Il en va de la dignité religieuse, soulignent nos interlocuteurs.

    La technologie a certes fait des miracles en matière de communication. Mais les dérives se multiplient sur les réseaux sociaux et elles fragmentent la cohésion sociale, si importante pour l’avancement du pays.

    Pour le pandit Sanjay Narain, la première religion est la religion de l’humain.

    « La seule religion qui dure le plus, est la religion humaine. Si je deviens brutale dans mes paroles, je déshonore ma religion en tant qu’hindoue. Nous croyons en une religion de fraternité, d’humanité et d’amour. »

    Pour l’Imam Arshad Joomun, c’est chaque jour que le vivre-ensemble se construit.

    « Quand nous lisons la parole que le Saint Prophète a dite : ‘Aime ton frère comme toi-même’, veut dire que la haine, la jalousie, l’intimidation, les fausses accusations pour créer du désordre, ne sont pas autorisés dans la foi islamique. Toutes les religions prônent la paix. »

    Pour le Père Philippe Goupille, président du Conseil des religions, l’éducation à l’inter-culturalisme et à l’interreligieux doit commencer dès le plus jeune âge.

    « La voie la plus importante pour combattre le communalisme est la connaissance de l’autre. La connaissance de l’autre permet d’exorciser la peur. Au conseil des religions, nous proposons depuis longtemps d’insérer un programme d’études inter-religieuse dès le primaire. »

    Si la paix est difficilement créée, il suffit d’un simple faux pas pour créer une blessure qui prendra des décennies à se cicatriser. Une bagarre raciale donnerait inévitablement le coup de grâce à notre économie déjà à genoux avec la récession.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT