Radio One Logo
  • Eric Mangar souhaite que l’on tire des leçons de la crise de la Covid-19

    Société

    Eric Mangar souhaite que l’on tire des leçons de la crise de la Covid-19

    03 juin 2020 12:30

    64 vues

    Habituellement, les secteurs manufacturiers et tertiaires se taillent presque toujours la part du lion dans le budget national. Des secteurs comme l’agriculture, l’élevage et la pêche, malgré leur importance, n’ont pas les mêmes considérations.

    Pour l’agronome Eric Mangar, certains aliments comme les grains secs peuvent être plantés localement, ce qui aiderait à alléger le budget de l’importation. Car avec la dépréciation de la roupie, le prix de la nourriture va augmenter.

     « Il faudrait planter des légumineuses sur les terres abandonnées. Car les grains secs (légumineuses) sont très riches en protéines. Nous devons lancer un projet de polyculture pour les agriculteurs ; faire de l’agriculture mais aussi de l’élevage. Nous savons que le poulet de table contribue à 45 % de nos besoins en protéines. Le maïs étant la composition principale de la nourriture qu’on donne aux poulets de table et vu que nous importons du maïs de l’Argentine, les frais de transport vont augmenter, il faut donc trouver une alternative. » avance Eric Mangar, président du Mouvement pour l'autosuffisance alimentaire.

    L’économie bleue mérite également d’être exploitée. Le poisson frais est cher à Maurice, malgré nos territoires maritimes à perte de vue. Une situation paradoxale contraignant la plupart des Mauriciens à manger peu de poissons et de surcroit congelé.  

    « Une autre source de protéines est d’exploiter notre zone maritime, la pêche. Dans le passé nous avons déjà travaillé sur les bateaux semi-industriels, 3 d’entre eux qui apportent au moins 15 tonnes de poisson tous les 15 jours mais il y a 4 autres qu’il faut revoir et repousser pour qu’ils soient opérationnels. Le poisson est très important, c’est une source importante de protéines pour la population et je crois qu’il faut travailler sur le système de commercialisation pour qu’il soit accessible à la population. Nous ne pouvons pas acheter du poisson frais à Rs 130 ou Rs 140, c’est trop cher. » avance Eric Mangar.

     

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT