Radio One Logo
  • Enfants squatteurs : Kalpana Koonjoo-Shah : « mon ministère n’est pas mandaté pour fournir un logement temporaire »

    Enfants squatteurs

    Enfants squatteurs : Kalpana Koonjoo-Shah : « mon ministère n’est pas mandaté pour fournir un logement temporaire »

    29 juil. 2020 10:19

    8504 vues

    Les droits des enfants squatteurs ont été respectés à tous les niveaux, a soutenu la ministre de l'Égalité des genres et du Bien-être de la Famille, Kalpana Koonjoo-Shah, à l’Assemblée nationale, hier.

    Elle répondait à une question de la députée Joanna Bérenger, sur la situation des familles squatteurs, principalement les enfants.

    Répondant aux questions supplémentaires de la députée du MMM, Kalpana Koonjoo-Shah a souligné qu’en matière d’assistance aux personnes en difficulté, comme les squatteurs, les responsabilités des ministères concernés sont bien délimitées. 

     « Comme je l'ai mentionné dans ma principale réponse, une équipe pluridisciplinaire a été mise en place pour traiter ces cas réels et pour trouver des solutions, et c'est exactement ce qui est fait. Je voudrais répéter que des dispositions ont été prises par le biais du NEF pour entrer en contact avec les ONG afin qu'une aide puisse être accordée à ceux qui en ont besoin. Mon ministère ne peut pas imposer ses services qui offrent un soutien psychologique, un soutien au bien-être de la famille, aux familles qui ne demandent pas ou ne veulent pas accepter de tels services. » avance Kalpana Koonjoo-Shah.

    Se disant outrée par la réponse de la ministre, Isabelle David, membre du Kolectif Drwa Zanfan Morisien, soutient pour sa part que les enfants qui ont vécu des moments traumatisants en assistant à la démolition de leur maison, n’ont eu aucun accompagnement psychosocial.

    Isabelle David qui s’interroge également sur le rôle des ONG qui ont agi au nom du ministère auprès de ces familles. 

    « Nous sommes plusieurs à travailler sur le terrain et jusqu'à aujourd’hui personne n’est venu faire l’accompagnement psychosocial des enfants ou préparer les enfants pour la rentrée des classes. La réponse est tellement flagrante. Après plus de 60 jours, il y a encore des mamans et des enfants qui dorment sous une tente. Le ministère concerné dit travailler avec les ONG mais je n’ai vu aucune autre ONG venir vers nous. Nous sommes très étonnés par cette déclaration. » avance Isabelle David.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT