Radio One Logo
  • Industrie cannière : les groupes sucriers au secours des petits planteurs pour le problème de main-d’œuvre pour la coupe

    Industrie cannière

    Industrie cannière : les groupes sucriers au secours des petits planteurs pour le problème de main-d’œuvre pour la coupe

    03 août 2020 20:30

    19 vues

    La production sucrière a connu une légère augmentation l’année dernière, passant de 323 406 tonnes en 2018, à 331 105 tonnes en 2019. Une augmentation de 2,4 pour cent.

    C’est ce qu’on apprend dans le dernier rapport de l’Environnement de Statistics Mauritius, publié la semaine dernière.

    Si ces chiffres peuvent paraître encourageants, le même rapport souligne que la superficie plantée en canne à elle chuté de quelques 2 milles hectares… Passant de 47 mille hectares en 2018, à 45 mille hectares l’année dernière.

    Une chute qui s’explique principalement par la diminution de la population des petits planteurs. Un problème qui ne laisse pas insensibles les groupes sucriers.

    La rareté de la main-d’œuvre pour la coupe est un problème qui ne date pas d’hier. Sheeoraj Nem est président de la Mauritius Co-operative Agricultural Federation.

    « Pour la coupe de 2019, nous n’avions pas assez de gens pour couper les cannes. Tous nos coupeurs de cannes ont vieilli, il n’y a pas de remplaçants. »

    Certains groupes sucriers ont compris ce problème, observe Sheeoraj Nem. Il cite l’exemple du groupe Altéo. 

    « Les planteurs qui n’ont pas de mains-d’œuvre, le ‘planters service’ peut aider. J’ai mon propre contracteur dorénavant et les services que donne l’usine, je le donne à mes planteurs. Il faut avoir un contracteur car il n’y a plus de ‘casual workers’. »

    Omnicane, dans le Sud, a aussi son programme d’assistance à l’intention des petits planteurs. Jean-Luc Caboche y est le directeur des opérations.

    « Le département planteurs propose un service. Le planteur est libre de choisir s’il veut qu’on s’occupe de la coupe, du chargement et du transport ou que la coupe et que le transport. Pour le moment nous nous occupons d’une centaine de planteurs. »

    Des programmes visant à réduire l’abandon des champs par leurs propriétaires et assurer l’avenir du secteur cannier. Un de nos piliers économique.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT