Radio One Logo
  • Pourvoi en grâce : Nouvelle controverse autour d’un condamné

    Pourvoi en grâce

    Pourvoi en grâce : Nouvelle controverse autour d’un condamné

    01 févr. 2019 09:30

    122 vues

    Mohamed Siddick Maudarbocus, un ingénieur de 25 ans, qui avait commandé de la drogue synthétique connu comme le « black mamba » en ligne en 2015, peut respirer. Il a reçu la grâce présidentielle alors qu’il attendait l’appel de sa sentence.

    Mohamed Siddick Maudarbocus est considéré comme un homme chanceux. Il a bénéficié de la grâce présidentielle, après avoir envoyé une pétition à la Commission de pourvoi en grâce, cela alors qu’il a été condamné, il y a peu, à 6 mois. Ce qui fait sourciller des professionnels du monde légal et judiciaire. D'autant plus que ce n’était pas un délit mineur. 

    Des magistrats et des avocats se demandent comment cet homme a pu bénéficier de la grâce présidentielle en quelques mois, alors que d’autres attendent plusieurs années pour des cas moins graves.  Il y a aussi ce nouveau mode opératoire qui constitue à faire appel et à demander la grâce présidentielle pour éviter la prison.

    Cette nouvelle controverse survient après la grâce accordée l’an dernier à Ravindranath Bappoo, condamné pour avoir brutalement tué sa femme Sandya en 2004. Ou encore celle accordée à Christophe Perrine qui, après avoir été gracié, a cambriolé la maison d’un policier.

    Une école de pensée pense que ce pouvoir déséquilibre la séparation des pouvoirs. D’autant qu’il découle d’un privilège de la monarchie. Ce pouvoir est aussi pointé du doigt à cause de l’opacité des décisions. Quels sont les critères pour gracier un condamné ? Et surtout, se demandent certains, pourquoi certaines pétitions sont examinées plus rapidement que d’autres.

     

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT