Radio One Logo
  • Plutôt en rire que tuer

    Société

    Plutôt en rire que tuer

    30 oct. 2020 06:30

    87 vues

    « Quand on n’aime pas un dessin, on ne tue pas les gens ; on en fait un plus joli. » Ce commentaire, attribué à une fillette de six ans, suivant l’assassinat en France du prof d’histoire-géo Samuel Paty, peut sembler simpliste. Mais, à bien voir, c’est une métaphore du monde tel qu’il va. En l’occurrence, que plutôt que de s’élever spirituellement ou intellectuellement, on préfère s’enfermer dans une identité meurtrière.

    Les musulmans pratiquants ayant atteint un certain niveau spirituel connaissent bien le concept de sabr, un concept philosophique qui englobe, notamment, l’idée de renoncement à ses pulsions naturelles. Comme celles qui poussent à tuer ceux qu’on estime être des ennemis, parce qu’on se sent offensé...

    Dans une chronique publiée par Le Nouvel Observateur – l’écrivain Pierre Jourde remonte aux sources de la laïcité en France, faisant ressortir, en substance, ceci : « […] empêcher la religion catholique, qui est pourtant celle de l’immense majorité des Français, d’imposer sa vérité, son pouvoir, de torturer et de tuer pour impiété ou pour blasphème, et faire en sorte que toutes les religions aient les mêmes droits, sans rien imposer dans l’espace public. »

    Ce qu’il faut retenir ici, c’est cette idée de ne rien imposer dans l’espace public. Mais aussi celle qui consiste à pouvoir rire de tout, y compris des choses de la religion. Il faudrait peut-être relire Le Nom de la Rose d’Umberto Eco, où figure cet échange entre deux moines :

    « - Le rire est un souffle diabolique qui déforme les ligaments du visage et fait ressembler l’homme au singe.

    - Mais le singe ne rit pas. Le rire est le propre de l’homme. »

    A Maurice, nous connaissons bien le principe qui consiste à nous moquer des politiciens. Même si, on risque de voir la police débarquer chez soi à six heures du matin…

    Le pire pour Charlie Hebdo, c’est d’être instrumentalisé par les pires racistes qui soient : « C’est dur d’être aimé par des cons. C’est dur d’être aimé par Robert Ménard et par l’extrême droite. »

    Mais là, cela ne fait pas rire du tout…

Laissez-nous vos commentaires

A lire aussi

© 2016 - 2020 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT