Radio One Logo
  • Premier League : ces années où le Championnat anglais a été si disputé

    Premier League

    Premier League : ces années où le Championnat anglais a été si disputé

    11 mai 2019 23:00

    34 vues

    Saison 1994-1995 : Blackburn réalise l'exploit et remporte le titre face à Cantona & Cie

    C'était il y a vingt-et-un ans. A l'issue d'une saison aussi folle que remarquable des ouailles de Kenny Dalglish, Blackburn réalisait l'impensable : être sacré Champion d'Angleterre au nez et à la barbe du tenant du titre, Manchester United. Le troisième de l'histoire du club et le premier depuis 1914 ! Pour cet exercice 1994-1995, la Premier League comptait 22 escouades et se jouait donc sur 42 rencontres. Un véritable parcours du combattant s'engageait alors pour glaner le titre. Porté par un Alan Shearer en furie, avec ses 34 pions sur la saison, Blackburn offrait à ses fans une saison d'anthologie. C'est en mars que tout se décidait. Après avoir joué au jeu du chat et de la souris à partir du mois d'octobre, Blackburn et les Red Devils caracolaient en tête. Et au bénéfice d'une série de deux matches sans victoire des hommes de Ferguson face à Tottenham (0-0) puis contre Liverpool (défaite 2-0 à Anfield), Blackburn, victorieux de Chelsea à la 34e journée, s'emparait de la tête du Championnat.

    Les Rovers pourront remercier les Hammers, qui les auront titrés en attrapant le col de Manchester United.

    Une position à laquelle les Rovers s'accrochaient jusqu'à la fin de saison. Après avoir enchaîné deux victoires et un match nul face à Everton, les Queens Park Rangers et Leeds, Blackburn s'écroulait dans son antre face à Manchester City à la mi-avril (2-3). Néanmoins, dans le même temps, United n'en profitait pas et ne pouvait que se contenter du match nul face à Chelsea (0-0). Et malgré une fin de saison en boulet de canon, avec trois victoires de suite et un match nul pour finir son parcours, United ne pouvait conserver son titre. Malgré deux nouvelles défaites sur les quatre dernières journées, contre West Ham (2-0) et Liverpool (2-1) à la dernière journée, Blackburn tenait bon et parachevait son exploit historique avec 89 points. Les Rovers pourront remercier les Hammers, qui les auront titrés en attrapant le col de Manchester United (1-1) lors de cette dernière journée décisive. Ainsi, avec ce piètre match nul, United échouait à une petite longueur de Blackburn. De quoi nourrir quelques regrets.

    Saison 1997-1998 : Arsène Wenger et ses poulains jouent un bien mauvais tour aux Red Devils

    Trois ans après avoir été devancé d'un petit point par Blackburn, Manchester United se retrouvait de nouveau, lors de la saison 1997-1998, au milieu d'une lutte acharnée pour remporter le Championnat d'Angleterre. Cette fois, les Mancuniens avaient affaire à Arsenal. Les Londoniens entamaient leur saison pied au plancher, en restant invaincus durant les douze premières journées, avec un joli bilan de six victoires et six matches nuls. Mais tandis que leur mois de novembre fut catastrophique, avec trois défaites en quatre matches, United lançait la machine. A partir de fin octobre et jusqu'au début du mois d'avril, les poulains de Ferguson ne lâchaient pas une seule fois la première place. Et ce malgré sept défaites durant cette période, dont deux face à Arsenal, qui avait marqué les esprits, en enchaînant 19 matches sans défaite entre le 22 décembre 1997 et le 3 mai 1998. Une folle série dans laquelle s'imbriquait une autre incroyable série de dix victoires consécutives entre mars et mai. A la faveur de ce parcours exceptionnel et des deux matches nuls d'affilée de United face à Liverpool et Newcastle (1-1 à chaque fois) à la mi-avril, les hommes de Wenger s'emparaient du trône de leader et ne le quittaient plus. Malgré une fin de saison en boulet de canon des Red Evils, avec trois succès clinquants face à Crystal Palace (3-0), Leeds United (3-0) et Barnsley (2-0), Arsenal, qui s'effondrait par deux fois sur ses deux dernières sorties de la saison contre Liverpool (4-0) et Aston Villa (1-0), s'offrait tout de même son onzième titre de champion, en devançant United d'un chouia (78 points contre 77). En outre, Tony Adams, Graham, Bergkamp et consorts acquéraient la Coupe d'Angleterre et s'offraient alors un joli doublé Coupe-Championnat.

    Saison 1998-1999 : Ferguson et ses hommes prennent leur revanche sur un destin tragique

    Une saison après s'être chamaillés pour le titre, Arsenal et Manchester United remettaient le couvert. Et là encore, l'exercice 1998-1999 tenait toutes ses promesses et se révélait extraordinaire. Tandis qu'Arsenal débutait une série de 19 matches sans défaite, dont 15 victoires à partir du 20 décembre 1998, United entamait la sienne (20 matches sans défaite, dont 14 victoires) le 26 décembre, jour de Boxing Day. Ainsi, les Red Devils ne connaîtront plus une seule fois l'odeur de la défaite jusqu'à la fin de saison. Au contraire d'Arsenal qui, pourtant bien parti pour conserver son titre fin avril-début mai, trébuchait lamentablement sur la pelouse de Leeds à une petite journée de la fin (1-0). Les Mancuniens ne se faisaient alors pas prier et reprenaient la tête au mois de mai.

    Comme un an auparavant, le champion devançait son dauphin d'un petit point seulement (79 points contre 78). Sauf que là, les rôles s'inversaient.

    Avec un petit point d'avance sur leurs poursuivants, les hommes de Ferguson n'avaient pas le droit à l'erreur dans leur écrin face à Tottenham, alors qu'Arsenal recevait dans le même temps Aston Villa. Et si les Gunners assuraient l'essentiel, en s'imposant sur la plus petite des marges face au Villans lors de cette ultime journée, Manchester United, au bénéfice d'un succès 2-1 (buts de Beckham et Cole) face aux Spurs, remportait son douzième titre de champion d'Angleterre. Et comme un an auparavant, le champion devançait son dauphin d'un petit point seulement (79 points contre 78). Sauf que là, les rôles s'inversaient au plus grand bonheur des fans de Manchester United. Par ailleurs, cette saison verra aussi United croquer l'Europe, puisqu'après une finale de Ligue des champions haletante face au Bayern Munich, les Red Evils s'adjugeaient la deuxième C1 de leur histoire. Ainsi, après avoir aussi glané la Coupe d'Angleterre, Manchester United accomplissait un exploit rare en s'offrant un triplé historique. Une saison tout bonnement exceptionnelle.

    Saison 2007-2008 : Manchester United frustre Chelsea de bout en bout

    Après un début de saison en dent de scie, marqué par une défaite sur la pelouse d'Aston Villa (2-0) et un match nul face à Rosenborg en Ligue des champions, la foudre s'abattait sur Chelsea. Après une violente altercation avec son président Roman Abramovitch, José Mourinho décidait de claquer la porte et était remplacé par Avram Grant. Pendant ce temps-là, Manchester United, qui avait entamé son Championnat au petit trot (deux matches nuls et une défaite face à Manchester City au mois d'août), se remettait la tête à l'endroit et enquillait les victoires. Pas moins de neuf succès, donc huit consécutifs, en dix matches. Chelsea laissait alors passer l'orage et reprenait sa marche en avant. Après une défaite 2-0 sur la pelouse de United fin septembre (2-0), les Blues se relevaient. Sept victoires et deux nuls plus tard, les voilà sur la plus haute marche du classement à la mi-décembre. Mais une défaite face à Arsenal (1-0) fragilisait ensuite cette position. S'en suivait alors un combat à distance de tous les instants entre United et les Blues. Après cette défaite face à leurs voisins de la capitale le 16 décembre 2007, Chelsea ne perdait plus une seule fois de la saison. Et pourtant, cela se révèlera insuffisant pour remporter le titre. En effet, alors que l'alternance en haut du classement se poursuivait jusqu'à la mi-mars, les Reds Devils, portés par un immense Cristiano Ronaldo, s'emparaient de la première place et ne la quittaient plus jusqu'à la fin de saison. Malgré une superbe fin de Championnat, dont une victoire face à son principal adversaire à trois journées de la fin (2-1), Chelsea ne parvenait pas à reprendre son bien. United ne tremblait pas du menton et concluait son exercice sur deux victoires face à West Ham (4-1) et Wigan (2-0). Suffisant pour tenir à distance les Blues, qui échouaient à deux petites longueurs des hommes de Ferguson. Une véritable désillusion pour Drogba et consorts, qui perdront cette même année la finale de la Ligue des champions aux tirs au but sous la pluie battante de Moscou... face à leur rival de la saison, Manchester United.

    Source : football.fr

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT