Radio One Logo
  • En cette période de confinement, l’entrainement des chevaux est devenu une tâche bien plus complexe

    Sports

    En cette période de confinement, l’entrainement des chevaux est devenu une tâche bien plus complexe

    17 mars 2021 16:00

    145 vues

     

    Etre trackrider consiste à effectuer tout le travail en ‘back-office’. On parle là de la préparation du cheval, ainsi qu’une partie de son alimentation et son entretient. Mais à cause de la crise sanitaire, la tâche est deux fois plus dure.

    « Gramatin pa facil pou vine travail si pena Work Access Permit. Herezman MTC, Bernard Lincoln ek Kamal ine fer nou gagne permi me la ousi banla vine get check partou parski dan sa zone la mem kine gagne bocou cas covid. Mo oblize aler parski bizin okip bane seval. Zot fer desord, ena zoke pane gagne permi, ceki p monte port-louis bizin res labas mem ek ceki p monte floreal li bloker ici mem. » explique Sachin Chowa, trackrider.

    Bien évidemment, le centre Guy Démarais suit à la lettre les mesures sanitaires mise en place.

    « Ine met sanitizer, legan ek mask obligatoire mem pou monter bizin met mask. Nou bizin gard distance ek dimoune et autour centre Floreal ena bocou dimoune kine gagne covid bizin fer bien atansion. »

    La peur d’être infecté et ensuite contaminer les siens est l’une des plus grosses crainte du trackrider, surtout, que le lieu de travail se situe dans l’un des endroits les plus infectées du pays.

    « Kan fini travail mo passe par ene ti laporte derrier mo baigner cote ene drome delo ek ene seo. Mo pa envi pren oken risk amene sa malad la cot moi » explique Sachin.

    Une chose est sûre, les amoureux des courses ont hâte de retrouver leurs chevaux favoris et l’ambiance du Champs de Mars.

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2021 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT