Radio One Logo
  • Mondial 2018 : Granqvist, l'anti-Ibra

    Mondial 2018

    Mondial 2018 : Granqvist, l'anti-Ibra

    03 juil. 2018 16:30

    60 vues

    Andreas Granqvist vit un drôle d'été. Du genre de ceux où tout vous arrive en même temps. Le capitaine de la Suède ne sait pas encore s'il sera en mesure de jouer le 8e de finale face à la Suisse ce mardi. Sa femme pourrait accoucher le même jour. "On va devoir attendre pour voir ce qui se passe", a commenté le défenseur lundi à Saint-Pétersbourg, tandis que Janne Andersson a préféré réagir à la situation avec une pointe d'humour. "Peut-on avoir la naissance avant de commencer à gérer ça ?", a plaisanté le sélectionneur suédois quand il a lui été demandé s'il avait prévu un plan B.

    Andersson n'en a pas vraiment. Ce n'est pas faire injure aux habituels réservistes de la sélection suédoise. C'est juste que Granqvist est indispensable dans cette équipe. Sans lui, la Suède ne serait pas forcément en 8e de finale. Parce qu'en plus d'avoir été intraitable dans son rôle de défenseur, le joueur de 33 ans s'est aussi mué en buteur. Sur penalty, certes. Mais ces deux penalties, celui de la victoire face à la Corée du sud (1-0) et du but du break face au Mexique (3-0), ont pesé de tout leur poids sur la qualification nordique.

    L'impact de Granqvist sur les résultats de la Suède est conséquent. Et il est loin de se limiter à cela. Le capitaine suédois incarne surtout les valeurs d'une équipe que l'on n'attendait pas à pareille fête. Qui a su valider son billet pour le Mondial en écartant l'Italie den barrage. Qui a su sortir en tête d'un groupe où figurait le champion du monde allemand pour accéder aux huitièmes de finale. Qui a réussi ces performances avec de la combativité, de la discipline et beaucoup de solidarité. Sans complexe, mais avec humilité.

    Le Guldbollen ? Il l'aurait donné à Forsberg

    On ne sait plus trop si cette Suède est à l'image de Granqvist ou si c'est l'inverse. Ce qui est certain, c'est que le grand défenseur de 33 ans en est le symbole et le leader. Deux étiquettes collées auparavant sur le dos de Zlatan Ibrahimovic. Une superstar avec un égo surdimensionné. Granqvist n'a rien d'une diva. Il ne fera jamais de sortie tapageuse dans les médias. Et quand il a hérité en 2017 du "Guldbollen", le Ballon d'or suédois remporté systématiquement par Ibrahimovic entre 2006 et 2016, Granqvist a simplement déclaré… qu'il l'aurait donné à Emil Forsberg.

    Le contraste est saisissant. Si la Suède cherchait une personnalité radicalement opposée à celle d'Ibrahimovic pour lui succéder en tant que leader de la sélection, elle pouvait difficilement trouver mieux que Granqvist. Un joueur qui vient de refuser une proposition financièrement très intéressante pour prolonger son contrat à Krasnodar, où il évoluait depuis 2013, pour aller en D2 suédoise tenter de redresser le club de ses débuts, Helsingborgs IF.

    Avant cela, Granqvist a une autre mission. On ne sait pas encore laquelle. Soutenir sa femme pendant l'accouchement et accueillir son bébé. Ou mettre ses crampons, enfiler son maillot, serrer son brassard de capitaine, haranguer ses hommes et faire ce qu'il fait de mieux : partir au combat pour le peuple suédois. C'est certainement un drôle d'été pour "Granen" (l'épicéa, son surnom en Suède). Mais il n'est pas près de l'oublier.

    Source : eurosport.fr

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT