Radio One Logo
  • Guardiola s’agace des critiques de Klopp

    Sports

    Guardiola s’agace des critiques de Klopp

    04 août 2019 15:30

    942 vues

    Les mots fusent par médias interposés. En conférence de presse d'avant-match, Pep Guardiola a répondu aux critiques de Jürgen Klopp contre les clubs très dépensiers. Le coach allemand de Liverpool a en effet récemment déploré que que Manchester City, le Real Madrid, le FC Barcelone et le PSG pouvaient dépenser sans compter dans "un monde parallèle où vous obtenez tout ce que vous voulez".

    "Est-ce que ça me dérange? Bien sûr, a répliqué vendredi Pep Guardiola dans des propos rapportés par The Telegraph. Cela me dérange parce que ce n'est pas vrai que nous avons dépensé 200 millions de livres sterling (environ 218 millions d'euros, ndlr) à chaque fenêtre de transferts. Ce n'est pas vrai". Avec cette phrase, il décrit en réalité la forte activité des Reds sur le mercato de ces dernières années. Celle-ci s'est notamment illustrée avec les achats d'Alisson Becker et Virgil van Dijk pour respectivement 62,5 et 85 millions d'euros. "C'est n'est pas une petite équipe", a observé l'ex-manager du Barça.

    Guardiola s'en remet au fair-play financier

    Pour étayer ses propos, le technicien catalan s'est appuyé sur de nombreux chiffres et à expliqué avoir dû vendre des joueurs, tels que Gunn, Denayer, Maffeo et Hart, pour s'offrir Riyad Mahrez à l'été 2018. Et d'ajouter: "Il y a deux saisons, quand on a beaucoup dépensé, c'est parce que j'ai repris une équipe de dix ou onze joueurs âgés de 30 ans ou plus. Mais nous ne pouvons pas dépenser 200 millions de livres sterling par saison".

    Quant au recrutement du milieu espagnol Rodri pour 70 millions d'euros cet été, ce qui constitue un nouveau record d'achat pour les Citizens, Pep Guardiola note qu'il n'y a pas eu d'autres folies et que l'autre achat, l'arrière gauche Angeliño, n'a coûté que 12 millions d'euros. "Aujourd'hui, les clubs ne peuvent pas dépenser beaucoup d'argent, estime-t-il. Ce qui s'est passé à Barcelone et dans les autres clubs, je n'en sais rien parce que je n'y suis pas. S'ils le font, c'est parce qu'ils pensent pouvoir le faire. Avec le fair-play financier, quand quelque chose ne va pas, les clubs sont punis".

    Au cours de cette conférence de presse, Pep Guardiola a tout de même tenu des mots plus flatteurs pour son homologue: "C'est un entraîneur qui a la classe. C'est un top manager. Ses équipes sont clairement identifiables. (...) C'est un challenge incroyable pour moi à chaque fois d'affronter l'une de ses équipes. (...) Il est bon pour le football".

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Carnet de Santé

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT