Radio One Logo
  • Au Mondial :  les bandeaux des Américaines sont une astuce que connaissent toutes les sportives

    Au Mondial

    Au Mondial : les bandeaux des Américaines sont une astuce que connaissent toutes les sportives

    07 juil. 2019 23:00

    224 vues

    L’équipe américaine de foot s’est assurée une place en finale de la Coupe du monde féminine dimanche 7 juillet après avoir vaincu l’Angleterre 2-1 lors d’un match serré. Lors de leur dernier match, elles ont ébloui les supporters par les interceptions phénoménales d’Alyssa Naeher et le but marqué de la tête par Christen Press.

    Certains se sont aussi émus d’un élément qui n’a rien à voir avec les prouesses sur le terrain: d’où viennent ces bandeaux colorés que les joueuses arborent et comment tiennent-ils si bien en place?

    “D’où vient le bandeau rose que portent les Américaines? Il rend archi bien. J’en veux un pour la gym!”

    La plupart des vingtenaires et trentenaires qui ont fait du sport au lycée ou à la fac, notamment aux États-Unis, connaissent déjà la réponse: ce sont des bandes de protection.

    La bande de protection est un matériau élastique en mousse dont les sportifs et sportives se servent pour recouvrir leur peau avant d’appliquer un pansement sur une blessure. Cela évite à celui-ci de coller à la peau ou aux poils, ce qui est susceptible d’entraîner des irritations ou des douleurs quand on l’enlève. La fameuse bande de protection est aussi parfois appelée sous-bandage.

    Bien qu’on ignore quand la bande de protection a fait sa première apparition en tant qu’accessoire capillaire, quelqu’un s’est forcément rendu compte que ce matériau fin et antidérapant faisait un bandeau très efficace. Une tendance était née. Alex Morgan, l’une des stars de l’équipe en a même fait une vidéo (en anglais non sous-titré):

    Alex Morgan la plie pour en faire une fine bande tandis que Julie Ertz la garde au naturel, épaisse et plate. Les deux jeunes joueuses de l’équipe américaine de football féminin ont des couleurs bien à elles. On sait que Morgan porte du rose en l’honneur de sa belle-mère, qui lutte contre un cancer du sein. Ertz a, elle, opté pour du bleu.

    “Certaines joueuses se préoccupent davantage que d’autres de la couleur de leur bandeau”, m’a confié une amie, ex-joueuse de foot au niveau universitaire, quand je l’ai questionnée sur ces bandeaux confectionnés à l’aide d’une bande de protection. “Beaucoup de filles optent pour une seule couleur car elle leur porte chance, ou parce qu’elles ont toujours fait comme ça.”

    Morgan fête avec Ertz et Crystal Dunn après avoir inscrit son 100e but international en match amical opposant les États-Unis et l'Australie le 4 avril 2019 à Commerce City, au Colorado.

    Une autre amie sportive m’a indiqué que certaines de ses coéquipières de foot essayaient d’associer la couleur de leur bande de protection à celle de leur uniforme universitaire “mais qu’en général elles portaient juste ce qui était disponible”.

    Hors préférences en termes de coloris, tout le monde s’accorde à dire que les bandes de protection font des bandeaux très efficaces. Elles maintiennent mieux les cheveux que les bandeaux proposés par les marques de sport, et absorbent bien la transpiration.

    ″Je trouve génial que les filles de l’équipe américaine de foot utilisent encore des bandes de protection sans se soucier des partenariats de folie qu’elles ont par ailleurs. On dirait qu’elles jouent encore pour l’équipe du lycée et qu’elles en en ont piqué dans la trousse de secours”

    Beaucoup de joueurs et joueuses de foot se servent aussi de bande de protection pour maintenir leurs protège-tibias. On utilise aussi ce matériau pour des choses qui n’ont rien à voir avec le sport: l’assemblage de compositions florales, la réalisation de marquages de sentiers ou l’amélioration du confort des stylos en termes de prise en main.

    Ces bandeaux ne plaisent toutefois pas à tout le monde. Ils ont fait l’objet de critiques sur Twitter pendant la Coupe, et auparavant. Il paraît même que certaines associations sportives lycéennes interdisent les bandeaux en bandes de protection à cause du “danger” que représentent les “accessoires à nouer.”

    Quoi qu’il en soit, elles semblent désormais bien ancrées dans les habitudes des joueuses et ne devraient pas disparaître de sitôt.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2019 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • NORD/SUD

    102.4 FM

  • CENTRE

    100.8 FM

  • EST/OUEST

    101.7 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT