Radio One Logo
  • Test : God of War, le jeu béni des dieux

    Test

    Test : God of War, le jeu béni des dieux

    07 mai 2018 21:45

    28 vues

    C’est en 2005 que le premier God of War est sorti sur PlayStation 2. Depuis, six autres jeux ont été produits sous cette licence, toutes plates-formes confondues, le dernier datant de 2013. Si ce huitième opus ne comporte ni numéro, ni sous-titre, c’est probablement pour marquer la rupture avec les précédents qui étaient basés sur le bon vieux principe du “beat them all” (on avance et on cogne). Cette version 2018 ose une refonte du jeu en profondeur avec l’adjonction d’une part de jeu de rôle ainsi que des énigmes à résoudre, le tout dans une narration très cinématographique.

    L’histoire de ce God of War commence on ne peut plus tristement. En compagnie de son fils Atreus, Kratos prépare les funérailles de sa femme qui vient de décéder. Après avoir procédé à la crémation du corps, il recueille ses cendres dans le but d’aller les disperser en haut de la montagne, comme le voulait son épouse. Mais alors qu’ils se préparent pour partir, un homme vient frapper à la porte de leur cabane en bois. Kratos envoie son fils se cacher dans le sous-sol tandis qu’il sort discuter avec cet étranger qui visiblement n’en est pas un pour lui…

    Une réalisation parfaite

    Magnifique, exceptionnel, riche, extraordinaire, passionnant, merveilleux… On pourrait dérouler comme cela les adjectifs à l’envie pour qualifier ce nouveau God of War. Mais inutile de tourner autour de pot, ce jeu est tout simplement un chef-d’œuvre comme on n’en voit que trop rarement. Graphiquement tout d’abord. Des particules qui flottent dans l’air, des traces de pas, le vent qui souffle, les effets de lumière… tout est absolument impressionnant. Ce God of War ne supporte pas la moindre critique, même sur une “simple” PS4 qui prouve qu’elle a encore de belles ressources.

    La caméra placée dans le dos du personnage pourra dérouter dans un premier temps les fans de la série, mais il ne faudra que quelques minutes pour s’y faire. La jouabilité est absolument parfaite. Dans les combats, Kratos peut compter sur son bouclier et sur sa hache magique qui revient tel un boomerang. Et malgré son aspect de brute épaisse, il faudra savoir faire preuve de finesse lors des affrontements. Le fils de Kratos sera un atout majeur pour son père qui le préviendra en cas de danger ou s’attaquera aux ennemis à distance avec son arc. Une excellente idée qui enrichit considérablement l’expérience de jeu, tout comme ces énigmes à résoudre avec des mécanismes qu’il faut activer.

    La progression de l’histoire est un modèle du genre, les phases de cinématiques s’enchaînant naturellement avec les phases de jeu, sans aucune coupure si ce n’est un mouvement de caméra, et bien sûr sans aucun chargement intermédiaire.

    Terminons ce tour d’horizon technique avec une mention spéciale pour le doublage des voix en français, là aussi impeccable.

    Un modèle de narration

    Mais cette réalisation à couper le souffle ne servirait à rien sans un bon scénario. Et c’est le cas avec cette histoire d’un père et de son fils qui apprennent à se connaître. Un apprentissage difficile pour Kratos qui maîtrise mieux la hache que les mots, et qui pense que la meilleure façon d’éduquer son fils est de l’endurcir pour affronter ce monde hostile.

    Ajoutez à cela des personnages secondaires de qualité, notamment les deux frères nains, forgerons de leur état, un peu d’humour ainsi que des moments d’émotion, mais sans jamais sombrer dans le pathos.

    Sachez enfin qu’il vous faudra environ 25 heures de jeu pour boucler l’histoire principale, mais God of War vous en demandera facilement le double pour être terminé en profondeur.

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT