Radio One Logo
  • Etudes : Les hommes préfèrent les blondes, c'est la science qui le dit

    Etudes

    Etudes : Les hommes préfèrent les blondes, c'est la science qui le dit

    24 avril 2018 21:30

    65 vues

    Blond(e), brun(e) ou roux(sse), la couleur de nos cheveux est un signe de reconnaissance, l'un des traits les plus visibles dans notre apparence physique. Même en exceptant colorations et décolorations variées exécutées par votre capilliculteur attitré, la palette des nuances (naturelles) des cheveux est aussi vaste que subjective. Le blond vénitien est-il blond ou roux ? Votre meilleur ami est-il brun ou châtain foncé ? Un philosophe y perdrait son grec.

    Dans l'organisme, la mécanique des couleurs capillaires paraît pourtant simple, un peu comme une table de mixage à deux boutons. Chacun va doser le pourcentage d'une sorte de mélanine, une molécule impliquée dans la pigmentation. Le premier bouton, c'est l'eumélanine, de couleur brun sombre. Le second bouton, c'est la phéomélanine, de couleur rougeâtre. En tournant l'un ou l'autre à des degrés divers, on obtient un mélange qui va donner votre nuance personnelle de cheveux. Elle pourra même varier d'un endroit à l'autre de votre corps, ce qui explique quelques "patches" roux dans une barbe brune.

    Il faut plus que deux roux pour faire un roux

    La "recette" des cheveux roux, par exemple, c'est en théorie peu d'eumélanine et beaucoup de phéomélanine. Mais la quantité de la mélanine sombre, même faible, peut déterminer si une personne sera rousse (la couleur la moins fréquente de la planète) ou pas, même avec une grande quantité de mélanine rouge.

    On sait également par des études menées sur des jumeaux que la variation de la couleur des cheveux est à 97% héréditaire. Il n'y a cependant pas un "gène du roux" (ou du blond) qui s'activerait ou non.

    "Les cheveux de couleur rousse ne sont pas un exemple de trait génétique simple", affirme John McDonald, de l'université du Delaware. "Alors que la quantité de pigment rouge peut être principalement déterminée par un gène (MC1R), il y a un grand nombre d'allèles (variantes) de MC1R et d'autres gènes qui affectent la quantité de pigment brun qui joue un rôle majeur pour déterminer la couleur des cheveux. Cette génétique compliquée signifie qu'il est possible pour deux parents roux d'avoir des enfants qui ne le sont pas."

    Peut-on détecter les gènes  d'une blonde ?

    Au vu de l'exemple des roux, on pourrait légitimement douter de toute tentative de prédiction de la nuance générale des cheveux d'un bambin en analysant le patrimoine génétique de ses géniteurs. Pourtant, une étape vient d'être franchie par une équipe emmenée par Pirro Hysi, du King's College de Londres, qui publie ses résultats dans la revue "Nature Genetics". Ces scientifiques ont étudié le génome d'environ 300.000 personnes d'origine européenne et l'ont comparé aux couleurs de cheveux.

    Surprise, ils ont démontré que le nombre de gènes associé à la production des deux mélanines est beaucoup plus important qu'on le pensait jusqu'ici. Il y aurait en tout 124 gènes, soit une centaine de plus que ceux précédemment identifiés, dont l'activité influencerait la coloration capillaire. Autre élément intéressant, les nuances plus claires seraient plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, "ce qui suggère une association entre le sexe et la couleur".

    Les informations sur les gènes sont-elles aujourd'hui suffisantes pour prédire la couleur des cheveux ? En se basant uniquement sur l'ADN, donc sans connaître la pilosité des sujets, ils ont pu prédire avec précision des cheveux bruns ou roux, "mais prédire des cheveux châtains ou blonds est plus difficile", reconnaissent les auteurs.

    Pourquoi c'est important (et pas seulement pour les coiffeurs) ?

    L'étude parue dans "Nature Genetics" représente tout de même un imposant pas en avant, dévoilant les subtilités génétiques des variations de la pigmentation chez les humains. Mais ce n'est pas tout : cela pourrait faire avancer nos connaissances sur les maladies liées à la pigmentation comme les cancers de la peau, des testicules, de la prostate et des ovaires, ou même la maladie de Crohn ou le vitiligo.

    "Ces travaux vont impacter plusieurs domaines de la biologie et de la médecine", assure le professeur Tim Spector, co-auteur de l'étude. "C'est la plus grande étude génétique jamais réalisée sur la pigmentation, et elle va améliorer notre compréhension des maladies comme le mélanome, une forme agressive de cancer."

    "Notre travail nous aide à comprendre ce qui cause la diversité d'apparence chez les humains en montrant comment les gènes impliqués dans la pigmentation se sont subtilement adaptés aux environnements extérieurs et même aux interactions sociales durant notre évolution", poursuit le professeur Spector.

    "Nous avons découvert que les femmes avaient les cheveux significativement plus clairs que les hommes, ce qui reflète comment les  pratiques culturelles importantes et les préférences sexuelles modèlent nos gènes et notre biologie," ajoute le scientifique. L'étude explique en effet que "l'observation d'une plus grande prévalence des couleurs claires de cheveux pour les femmes est dans la ligne de découvertes précédentes basées sur des mesures objectives quantitatives des couleurs de cheveux, ce qui suggère que le sexe est vraiment associé à la couleur de cheveux, indépendamment d'un biais social auto-évalué."

    En gros, à l'image de l'expression autrefois populaire, les hommes préféreraient bel et bien les blondes... et les femmes les bruns, et ce depuis des millénaires.

    La médecine légale y gagnerait aussi. "A part accroître substantiellement notre compréhension de la génétique de la pigmentation humaine en général, découvrir ces nouveaux gènes de la couleur de cheveux est aussi important pour accroître davantage la prédiction de couleur de cheveux à partir de traces d'ADN dans de futures applications, ce qui pourrait aider à identifier les auteurs de crimes", ajoute le professeur Manfred Kayser, également co-auteur de l'étude.

    Source : nouvelobs.com

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2018 Radio ONE - Conçu par Tryangle

Nos fréquences

  • CENTRE

    100.8 FM

  • NORD

    101.7 FM

  • SUD

    102.4 FM

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT