Radio One Logo
  • Covid-19: l'idée d'une quatrième dose fait son chemin en France

    Internationale

    Covid-19: l'idée d'une quatrième dose fait son chemin en France

    14 janv. 2022 23:00

    7 vues

    Une question de temps? Après l'administration du vaccin, généralement en deux doses, puis d'une dose de rappel contre le Covid-19, les voix se multiplient pour envisager une quatrième dose, notamment pour protéger les populations à risques.

    Ce jeudi, l'Espagne a donné son feu vert en ce sens, et la France pourrait bientôt suivre.

    Un sujet "en réflexion" selon Alain Fischer

    Une possibilité qu'a également évoquée Alain Fischer. Interviewé sur cette question fin décembre par RTL, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a répondu que le sujet était "sur la table".

    "Le sujet est en réflexion", a soutenu l'immunologue, précisant toutefois que la "priorité absolue" était à ce stade la poursuit de la campagne de rappel actuelle, qui concerne la troisième dose.

    "Dès que nos autorités sanitaires auront dit oui, nous irons", a enfin assuré Jean Castex jeudi 6 novembre sur BFMTV et RMC.

    De premiers résultats prometteurs en Israël

    Un pays a d'ores et déjà mené l'un des premiers essais cliniques sur cette quatrième dose: Israël. Une équipe de l'hôpital Sheba, près de Tel-Aviv, a dévoilé la semaine dernière des résultats préliminaires sur l'efficacité de cette nouvelle injection effectuée sur des personnes ayant reçu leur troisième dose il y a plus de quatre mois et dont le nombre d'anticorps semble avoir diminué depuis.

    Réaction dans la foulée du Premier ministre Naftali Bennett: "la quatrième dose est sûre, la quatrième dose fonctionne." Le dirigeant a également indiqué que "plus de 100.000 Israéliens" se sont d'ores et déjà enregistrés pour obtenir une quatrième dose, ouverte pour l'heure aux personnes de plus de 60 ans ayant reçu leur troisième dose depuis plus de quatre mois.

    Plusieurs pays vont l'instaurer

    Depuis quelques jours, la liste de pays qui ont franchi le pas ne cesse de s'allonger. Le Chili la réserve pour l'instant aux personnes immunodéprimées tandi que toute personne pourra en faire la demande en Hongrie, après avis médical.

    Le Danemark a également annoncé mercredi proposer cette quatrième dose à ses citoyens les plus vulnérables, autrement dit celles et ceux qui ont reçu leur troisième injection au début de la campagne de rappel à l'automne. Sont concernés les immunodéprimés, les malades de cancer ou des personnes souffrant d'arthrite.

    Enfin l'Espagne va donc permettre à ses habitants très vulnérables (certains malades du cancer, les personnes transplantées, en dialyse ou celles recevant un traitement immunosuppresseur, NDLR) de bénéficier de cette quatrième injection. Celle-ci ne sera toutefois possible que cinq mois après la troisième dose.

    Déjà une réalité en France

    Et la France alors? "On va sans doute y venir", estime Christophe Rapp. L'infectiologue à l'hôpital américain de Paris précise néanmoins que cette quatrième dose est déjà une réalité en France chez les immunodéprimés, "on n'a pas attendu les Espagnols"

    Une solution, mais à court terme? "Évidemment que l'horizon n'est pas celui d'avoir quatre doses mais une dose annuel", explique Mircea Sofonea sur BFMTV. Le maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses y verrait alors une analogie avec le vaccin contre la grippe: "c'est un peu vers cela qu'on tend".

    (Source bfmtv.com)

Laissez-nous vos commentaires

© 2016 - 2022 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT