Radio One Logo
  • Supplementary Appropriation Bill : des débats très animés  dans l’hémicycle

    Politique

    Supplementary Appropriation Bill : des débats très animés dans l’hémicycle

    04 mai 2021 17:11

    135 vues

    Les débats sur le budget supplémentaire pour l’année 2020-2021 ont été centrés sur la chute de l’empire BAI car le plus gros montant de ce budget supplémentaire, 12 milliards de roupies, seront utilisés pour repayer les dettes de la National Property Fund Limited et investir dans la National Insurance Company limited. Les membres de l’opposition qui ont pris la parole ont fustigé le gouvernement. Et ceux  du gouvernement ont contesté les accusations portés contre eux. plusieurs ‘point of order’ des deux côtés de la chambre, ont ponctué les débats.

    Dans cette joute parlementaire le premier ministre, Pravind Jugnauth a de nouveau expliqué qu’il ne regrette pas d’avoir démantelé le plus grand ‘Ponzi Scheme’ du pays en 2015.

    « Nous avons hérité du ‘BAI scheme’ et celui-ci est confirmé par l’IMF. Si le gouvernement de 2015 n'avait pas pris des mesures courageuses, ce pays aurait été confronté à des conséquences dévastatrices sur les fronts social et économique. Nous avons assumé notre responsabilité en tant que gouvernement responsable pour protéger les intérêts des assurés et des investisseurs. »

    Le leader de l’opposition Xavier Luc Duval a lui déploré que le rapport  de la commission d’enquête sur la vente de Britam Kenya présidé par  l’ancien Juge Domah se fasse toujours attendre.

    « J'ai du respect pour tous les juges, mais cet ex-juge a mis quatre ans pour enquêter sur une seule transaction, la vente d'actifs. Quel respect de soi peut-il avoir ? Il n'a probablement rien trouvé. S'il avait trouvé quelque chose, il aurait sorti quelque chose. Il n'y a pas de rapport, donc nous pouvons présumer qu'il n'y a rien à rapporter. J'espère que ce juge pourra écrire les quelques pages qui restent dans son rapport. »

    Le speaker, Sooroojdev Phokeer, a dû intervenir à plusieurs reprises. Il a demandé à Shakeel Mohammed de ne pas abuser de l’immunité parlementaire.

    Le ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, Mahen Seeruttun, a défendu le choix du gouvernement, soit celui d’utiliser les fonds publics, pour sauver les employés et les clients de la BAI.

    « Les biens étaient fortement surévalués et ne pouvaient pas correspondre aux dettes. En fait, la plupart des biens, si ce n'est tous, ont dû être réduits, et en tant que gouvernement responsable, nous avons le devoir de protéger les assurés, les clients et les employés. » 

    Les parlementaires sont maintenant passés à l’étape des estimations lors du Committee of Supply.

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Le Wake Up Show

© 2016 - 2021 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT