Radio One Logo
  • Écœurante cruauté !

    Société

    Écœurante cruauté !

    09 oct. 2020 06:30

    335 vues

    Écœurant, le niveau d’inhumanité que nous avons atteint dans ce pays.

    Une fillette de 5 ans et son frère de 12 ans se sont noyés, dimanche dernier, dans un bassin d’irrigation. Notre humanité nous pousse à éprouver de la compassion pour leurs proches, qui devront vivre le restant de leur vie avec ce douloureux souvenir. Un traumatisme que le travail de deuil ni même un éventuel soutien psychologique ne pourront que difficilement alléger.

    Mais ce traumatisme est exacerbé par le manque de compassion des institutions et de ceux qui y travaillent. Selon un article de presse, soutenu par une insupportable vidéo, après l’autopsie des deux petits corps, des personnes présentes dans la cour de l’hôpital Jeetoo ont assisté à une scène ahurissante : les dépouilles ont été placées par le papa lui-même dans le caisson d’une camionnette, qui s’est ensuite dirigée vers la maison familiale pour les funérailles.

    Des professionnels de la santé, sûrement des frontliners héroïques pendant le confinement, n’ont probablement pas jugé important d’aider le père à accomplir cette obligation pénible. L’établissement hospitalier n’a certainement pas jugé nécessaire de fournir un véhicule à la famille dans un souci de dignité…

    On dirait que les services de santé et certains de ses représentants sont incapables de s’adapter aux normes sociales et ont du mal à se connecter aux autres. Les autres ici étant surtout ceux qui se trouvent au bas de l’échelle sociale. Un groupe social qui comprend, notamment, les squatteurs.

    Ces frontliners doivent manifestement s’inspirer de l’exemple même de ceux qui rendent acceptables ces comportements qui frisent l’indifférence et le manque d’empathie.

    C’est donc sans étonnement que l’on apprend, mardi dernier, que l’Ombudsperson for Children suggère une solution assez particulière pour régler le drame des enfants qui vivent sous les tentes : les retirer de la garde de leurs parents…

    A la misère sociale, on veut greffer la misère affective…

    C’est comme pour ces mamans auxquelles la loi soustrait aveuglément leurs enfants sans une véritable enquête…

    Non, ce n’est pas une autre histoire : c’est toujours une profonde douleur infligée par manque de discernement…

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Planete Hit

© 2016 - 2022 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT