Radio One Logo
  • Les noms de la honte

    Société

    Les noms de la honte

    17 sept. 2021 08:35

    117 vues

    Nous empruntons ce titre à un opuscule qu’a publié, il a une quinzaine d’années, Alain Romaine : « Les noms de la honte : stigmates de l’esclavage à Maurice ». Le prêtre catholique faisait référence à ces patronymes réminiscences d’une époque où des êtres humains étaient considérés comme des biens…

    De cette époque, nous proviennent également des noms de lieux. Ainsi, dans le Sud, existe un endroit, par ailleurs magnifique, connu comme le Bain des Négresses. Il a suffi que quelqu’un publie sur une page Facebook une photo du pont qui traverse cette rivière pour que cela provoque des étincelles. Avec des condamnations fermes du mot « négresses ».

    Au moment où Alain Romaine publiait son livre, James Burty David, alors ministre des Administrations régionales, réclamait que la statue d’Adrien d’Épinay soit enlevée du Jardin de la Compagnie parce que ce personnage avait été un défenseur des esclavagistes et avait milité pour que ces derniers reçoivent une compensation financière des autorités coloniales. D’ailleurs, les appels au déboulonnage de statues et au changement de patronymes et de toponymes datant de l’époque de l’esclavage se multiplient à travers le monde depuis des années.

    En France, en Angleterre ou aux USA, les statues et monuments représentant des figures du colonialisme et de l’esclavagisme sont devenus la cible des manifestants contre le racisme et la discrimination. Mais est-ce une bonne idée que d’éclipser totalement une partie de l’histoire ?

    Certaines personnes proposent de conserver ces vestiges de l’esclavagisme, mais pour honorer ceux qui en ont été les victimes. En 2006, Alain Romaine soulignait que « ces noms sont en réalité le reflet des maîtres d’esclaves qui ont affublé ces derniers de ces appellations ». Et d’estimer que ceux qui portent ces noms, « pe port enn laont ki pa pou zot ». Il s’agit surtout, selon le prêtre, de procéder à ce qu’il appelle un « renversement de stigmates »

    Ce qui est nettement plus valorisant pour les victimes que de cacher la poussière sous le tapis…

Laissez-nous vos commentaires

blank image

Dimanche Culture

© 2016 - 2021 Radio ONE - Conçu par Tryangle

  • equalizer
  • ECOUTER
    LE DIRECT